Guide pour vacances et séjours insolites en France

Les vacanciers qui veulent sortir des sentiers battus cherchent tous les moyens pour passer des séjours insolites. Pour répondre à ces envies d’escapade unique, il n’est pas nécessaire de partir très loin, car le territoire français dispose de nombreux endroits et de diverses activités permettant de profiter de vacances sans pareilles.

Se rendre dans une destination hors du commun

Les terres françaises comptent des dizaines de sites uniques qui laissent croire aux touristes qu’ils passent un séjour insolite dans un autre pays. Parmi les destinations incontournables à découvrir pour des vacances insolites en France, on recense les Gorges du Verdon qui rappellent les Caraïbes. Idéal pour les amoureux de la nature, ce paysage emblématique du sud-est du pays permet de s’adonner à de multiples activités comme le pédalo, la randonnée ou le kayak.

Par ailleurs, les adeptes de safaris africains pourront visiter le parc du Marquenterre dans les Hauts-de-France. Ce site offre de faux airs de paysages africains, surtout avec ses centaines d’oiseaux migrateurs et ses dunes sauvages. Outre cela, il est envisageable de faire un petit détour dans le temple d’Angkor Wat de la Drôme pour un séjour comme au Cambodge, le belvédère du paradis à Queuille en Auvergne pour penser atterrir quelque part en Amazonie, etc. En revanche, pour réussir ses vacances, le choix de la destination ne suffit pas. Il est aussi important de trouver un hébergement insolite comme sur le site campinginsolite.com.

Choisir un hébergement sans pareil

En fonction de la destination sélectionnée, les vacanciers peuvent choisir entre une multitude d’hébergements hors du commun pour essayer l’expérience d’une nuit insolite. Il est, par exemple, possible d’opter pour des cabanes insolites perchées sur un arbre ou sur pilotis qui s’avèrent le grand classique du logement insolite sur le territoire français. Ces endroits permettent aux touristes de replonger dans leurs enfances ou de se rapprocher de la nature. Les vacanciers peuvent également se tourner vers un camping insolite. D’ailleurs, près des lieux naturels, il existe souvent ce type de logement répondant à toutes les attentes.

Mis à part cela, il est envisageable de choisir d’autres lieux plus originaux. Outre les cabanes et les hôtels bulle, les vacanciers pourront choisir des yourtes, des tipis, des roulottes, des tentes paillotes, des tonneaux ou encore une hutte mongole. Pour information, ces types de logements sont disponibles en Bretagne. Il existe aussi des hébergements plus thématiques sur le territoire français. On compte, par exemple, la maison de Hobbit.

Opter pour des activités insolites

Pour passer des vacances insolites, il n’y a rien de mieux que de pratiquer diverses activités inhabituelles. Les bourlingueurs peuvent traverser une rivière en yole, une petite barque utilisée par les pêcheurs des marais. On peut essayer cette activité sur le domaine du Perrier, à proximité de Saint-Jean-de-Monts et de Challans. Les plus aventureux peuvent, par exemple, traverser la via ferrata ou chemin ferré en Savoie. Il s’agit d’une activité proche de l’escalade et de l’accrobranche. Dans le même concept, on peut également faire de la slackline entre les arbres. Dans cette activité, une sangle est tendue pour marcher comme un funambule. Des initiations sont proposées aux débutants. Il est aussi envisageable de pratiquer des stages de pilotage en buggy. Cette activité peut, d’ailleurs, être réalisée par les enfants et par les adultes.

Sur le territoire français, les vacanciers peuvent miser sur des activités nautiques comme le flyboard air sur eau proposé sur la Côte d’Azur. Ils pourront aussi s’adonner à une chasse au trésor en famille avec un parcours en GPS. Il faut savoir que ce type d’activité est suggéré partout sur le territoire français. Parmi les activités insolites incontournables, on compte aussi la balade en âne, une nuit insolite avec des loups, une découverte des bergers et une nuit en refuge.

L’ENSA et les diagnostics immobiliers obligatoires
Après un CAP Esthétique, quelles reconversions possibles ?