Les 6 grands travaux de Chalus

Dans la rubrique Gwo kamo

Le président de Région lors de ses vœux aux forces vives a annoncé les grands projets régionaux pour 2018

-Remettre en état nos réseaux de distribution d’eau potable soit 30 M€ supplémentaires dans les prochains 24 mois

-Le barrage de Moreau, 37M€, pour soutenir l’activité durable de nos agriculteurs.

-Le projet de « Bus des mers » : 1M€ pour le lancement d’un nouveau mode de transport innovant et durable

-La construction du nouvel hippodrome Saint-Jacques pour 1,45M€ cette année

-Poursuite des travaux de la cité scolaire de Baimbridge : 10M€ cette année !

-Construction du Marché d’Intérêt Régional, 6M€ pour une meilleure organisation de la production, la distribution et la commercialisation notamment pour les petites exploitations agricoles.

Dossier de l’eau : les élus seraient-ils enfin d’accord ?

Dans la rubrique Analyse et décryptage

L’article publié dans le TI Journal N°129 du 1er février a déclenché des réactions chez certains présidents d’EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale).

Il est vrai que la déclaration de la directrice de l’AFD (Agence française de développement) a pu en froisser quelques uns, qui comptaient sur les financements des bailleurs de fonds pour éviter de piocher dans leur propre caisse. La directrice explique que sa structure ne s’engage que lorsque les comptes des EPCI sont équilibrés ou en passe de l’être ou encore si ces établissements publics démontrent une volonté commune à aller dans ce sens. Et il est vrai qu’en Guadeloupe on est loin du compte. Il y a à peine quelques jours, la CRC a épinglé la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe pour un déficit sur le budget de l’assainissement de 2 millions d’euros et de plus de 5 millions pour celui de l’eau. Et elle n’est pas la seule.

Ce même jour, au conseil régional de Guadeloupe se réunissaient les présidents des deux collectivités majeures, les 6 présidents des EPCI, le Préfet de région et quelques techniciens en charge de ce sujet afin de lancer le plan d’urgence sur l’eau potable.

Naturellement il a été question des déclarations de la directrice qui en réalité n’a fait que s’appuyer sur celles du 1er ministre en visite en Guadeloupe, le 4 novembre dernier. C’est lui le premier qui a rappelé que l’Etat était aux côtés de la Guadeloupe, à condition qu’il y est un consensus entre les élus sur le fameux dossier de l’eau.

Et là rien n’est gagné. Car à cette fameuse réunion jeudi dernier pour lancer le plan d’urgence sur l’eau, il n’a pas été facile de soutirer aux EPCI, les deniers nécessaires pour boucler le budget et principalement à Cap Excellence. Il fut question de « manque de respect », de « manque d’engagements » entre Harry Chalus et Eric Jalton et puis finalement un accord « à l’arrache » a été trouvé et s’est arrêté sur un plan d’action global de 71,4 millions d’euros.

Une baisse de la vitesse fera-t-elle baisser le nombre de morts ?

Dans la rubrique Ce qui nous attend

À compter du 1er juillet 2018, la vitesse sera réduite de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires à double-sens, sans séparateur central, soit 400 000 km de route en France. Selon les experts du Conseil national de la sécurité routière dans son rapport du 29 novembre 2013, une réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h, permettrait de sauver environ 350 vies par an.

En effet, cette portion du réseau routier est celle sur laquelle les accidents mortels sont les plus fréquents : en 2016, plus de la moitié de la mortalité routière (55 %), soit 1 911 personnes tuées, est survenue sur les routes bidirectionnelles hors agglomération, majoritairement limitées à 90 km/h. En roulant un peu moins vite, estime les experts, on stoppe plus facilement son véhicule et l’accident a plus de chance d’être évité. Un point sera fait en juillet 2020, pour savoir si cette mesure a réellement fait diminuer le nombre de morts.

Combien ça rapporte 350 décès en moins chaque année ? Selon le magazine Le Point, c’est environ 4,8 milliards d’économie. C’est sans compter évidemment, toutes les contraventions inhérentes à cette baisse de 10km/h que devront payer les automobilistes contrevenants.

Toutefois « À la question : Faut-il réduire la limitation de vitesse sur le réseau routier ? posée par Le Parisien en avril 2015, les Français avaient répondu non à 74 % ! » rappelle Daniel Quéro, président de 40 millions d’automobilistes. Un résultat à peu près concordant avec le sondage effectué le 1er décembre par Le Point après la révélation de la mesure.

La Guadeloupe sera naturellement concernée. Rappelons que sur l’ensemble de l’outre mer, la Guadeloupe comptabilise le tiers des 158 victimes enregistrées. L’île comptait au 20 décembre 2016, 55 morts sur les routes, soit 15 de plus qu’en 2015. Après avoir connu une forte baisse entre 2012 et 2014, passant de 70 à 40 morts. La Guadeloupe connaît de nouveau une hausse ces trois dernières années.

Par ailleurs, le gouvernement a décidé de suspendre le permis de conduire en cas d’infractions avec un téléphone au volant. Il a également décidé que les conducteurs contrôlés en cas de récidive de conduite sous l’emprise d’alcool pourront se voir imposer le montage d’un éthylotest anti-démarrage dans leur voiture, alors que près d’un quart des 320.000 automobilistes pris en état d’ébriété sont des récidivistes. Le véhicule pourrait être mis en fourrière (obligation de présenter permis et assurance pour le récupérer) en cas de conduite, justement, sans permis ou sans assurance, ou bien en état d’ébriété. Pour les bonnes nouvelles, dès 2021, un conducteur contrôlé en excès de vitesse de plus de 40 km/h pourrait être autorisé à reprendre le volant, à condition de ne conduire qu’un véhicule équipé d’un contrôleur électronique de vitesse.

L’insertion côté pile et côté face

Dans la rubrique Ça devait arriver

Il semblerait qu’une partie des opérateurs de l’insertion par l’activité économique, attendent encore d’être payé sur l’année 2017. Pourtant la présidente de la collectivité départementale ne manque pas de répéter que « l’insertion c’est sa priorité ». La réalité, c’est que pour la première fois depuis la création de l’ADI (agence départementale d’insertion) en 1995 qui gérait plus de 4000 emplois CIA/an, que les services départementaux ne réussissent plus à atteindre l’objectif semestriel des 230 contrats.

Concrètement, le PDI (Programme départemental d’Insertion) regroupe l’ensemble de l’offre d’insertion offerte par le Département alors que le PTI (Pacte Territorial pour l’Insertion) est un pacte conclu avec les partenaires pour la mise en œuvre du PDI. Pour la CFTC, il serait devenu très difficile au conseil départemental de faire progresser l’insertion. Dans les faits, depuis juin 2017, il n’y a eu aucune réunion pour le suivi du PDI et du PTI. Malgré cette absence d’analyse et l’évaluation des besoins, en 2018, il a été voté la reconduction du programme et du pacte.

En revanche, il y a une forme d’insertion qui semble se porter à merveille. Elle concerne les proches de nos élus qui trouvent trop facilement un emploi. Pourtant la loi du 15 septembre 2017 rappelle à l’ordre ces « tricheurs ». Il est désormais interdit à l’autorité territoriale d’avoir recours au sein de son cabinet à un emploi familial. Est ainsi proscrit pour les membres de cabinet, le recrutement du conjoint, des parents et des enfants. Dernier «écart» en date car on ne reviendra pas sur les cas de Jacques Anselme ou de Claudine Bajazet pour ne citer que ceux là, c’est le tour de Manuelle Avril recrutée récemment à l’office de l’eau. Or elle est élue départementale et vice-présidente du département. Or le directeur de l’office de l’eau qui l’a recruté, l’a lui-même été par Josette Borel Lincertin, et soumis à son autorité hiérarchique. Or, l’Office de l’eau est un établissement public départemental, dont le conseil d’administration est composé majoritairement d’élus départementaux. Or il semble y avoir un léger problème de déontologie dans ce dossier.

Harry Méphon révélé par son prof de sport

Dans la rubrique « Ce qui a changé ma vie »

Harry Méphon est né en 1958 à Aubagne, dans le département des Bouches du Rhône. Ses parents sont guadeloupéens, sa mère institutrice et son père militaire de carrière.

Il emmène sa famille à travers le monde à chacune de ses mutations. Et c’est ainsi qu’à deux ans Harry débarque au Tchad, puis revient à Paris. A l’âge de dix ans, son père arrive au terme de sa carrière et décide de rejoindre son île. Et là, le jeune garçon découvre une famille, qu’il connait en fait très peu. C’est une révélation entre cette vie d’itinérance qu’il a connu jusque là et cette « brochette » de cousins cousines oncles tantes grands parents qui feront désormais partis de son quotidien. Tout comme ses nouveaux amis qu’il garde encore aujourd’hui.

A 15 ans, il réside à Saint-Claude, et étudie au lycée Gerville Réache. Comme tous les adolescents de cette génération, le sport fait parti de sa vie. Mais c’est bien son professeur d’ EPS Jean Martine qui va le révéler. Très vite il décèle le potentiel de ce jeune homme pour l’athlétisme. Et si au départ, Harry n’est pas convaincu, très vite il va se prendre au jeu alors que ses performances ne cessent de progresser ; et Jean Martine de le soutenir et de l’encourager. Aussi trois ans plus tard, pour associer passion et études, il s’oriente vers la carrière de prof de sport. Il est alors invaincu au sprint.

Toulouse, Bordeaux, Paris, il mène de front sa carrière d’athlète et celle de futur prof. Il décroche le record de France universitaire sur 60 mètres mais enchaine aussi les blessures. Une fois sa licence Staps obtenue il revient au pays pour faire son service national et intègre l’éducation. En 82, il est à son meilleur niveau c’est à dire 10ème français sur l’épreuve du 100m. Puis devient aussi entraineur et en 85, il remonte le club Siroco des Abymes, et créé une école d’athlétisme pour déceler les jeunes talents toujours sur très active.

Antoine Chérubin est, à cette époque, son entraineur. Et lorsqu’il devient directeur du CREPS, en 95, il lui confie l’entrainement de ses meilleurs sportifs comme Herman Lomba, sprinter hors pair, que Harry emmène aux J O d’Atlanta en 96.

Mais lui en 95, décide de reprendre ses études, en formation continue, à Paris V puis Nantes et Fouillole pour finalement obtenir un doctorat en sociologie. Il va publier sa thèse sur le thème : « les enjeux des activités physiques et sportives dans la construction d’une culture identitaire guadeloupéenne ». Il rédige également de nombreux ouvrages, des articles et autres travaux d’anthropologie qu’il mène avec le laboratoire de Nantes. Il est aussi l’auteur de l’Anthologie du Sport Guadeloupéen à la demande du conseil régional. Et depuis septembre 2017, il occupe la fonction de directeur du service des sports et de la culture à la Région. Un virage à 90% mais les challenges ne lui font pas peur bien au contraire.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Les recherches archéologiques plombent les projets
Chaque année, les archéologues réalisent entre 2 et 4 fouilles préventives avant le lancement de grands projets de construction. Des fouilles longues, qui s’étendent en général sur plusieurs mois. Aussi, la direction de l’archéologie de Basse-Terre conseille aux porteurs de projets de s’adresser d’abord à elle pour être sur que leur futur lieu d’investissement ne sera pas susceptible en amont d’être fouillé comme ce fut le cas pour l’agrandissement de la prison de Basse-Terre, du Palais de justice, et de bien d’autres. La Guadeloupe a plus de 4000 ans d’occupation humaine et elle a laissé des traces dans nos sols.  

9 ans après le LKP où en est-on ?
L’accord Bino sur les salaires a été signé le 26 février 2009, puis un second le 4 mars. 9 ans plus tard, le LKP dénonce le fait que ce dernier accord n’a jamais été mis en œuvre dans des domaines comme la gestion de l’eau, l’insertion, la formation des jeunes et 
l’arrêt des discriminations, l’encadrement des prix des produits de 
première nécessité et des carburants, la production agricole, la protection des terres, l’identité culturelle ou encore la santé et l’éducation. Le LKP accuse les élus locaux, les préfets et gouvernements successifs d’avoir fait front commun pour éviter sa mise en application.

Les limites de la télé déclaration
Les agriculteurs en ont fait les frais : la télé déclaration c’est formidable, mais si une anomalie se glisse dans le système alors tout est bloqué. C’est exactement ce qui s’est passé pour la déclaration des demandes d’aides agricole au titre de la politique agricole commune pour l’année 2017. L’indemnité compensatoire de handicaps naturels suite au passage des deux cyclones sera versée avec un décalage de plusieurs semaines… un peu vague comme délais.

Il a un rhume, il va mourir…

Dans la rubrique Incroyable

Les hommes traînent la réputation d’être de mauvais malades. Au moindre rhume, ils se plaignent, gémissent et agonisent comme si la fin était proche tandis que les femmes résistent dignement, sans broncher. Désolé, mais c’est un cliché ! Une étude anglaise démonte cette idée reçue. Et sauve l’honneur des hommes !

Va savoir pourquoi, l’homme quand il est malade il est TOUJOURS sur le point de MOURIR, rien que ça. Il a souvent des vraies grosses maladies (dans sa tête) : un petit rhume des foins devient vite une grippe (et pourquoi pas aviaire pendant qu’on y est ?).

S’il pouvait mourir en silence, seul, dans sa chambre, à vrai dire ça ne poserait pas de tant de soucis, mais l’homme malade geint, se plaint et surtout, a besoin que l’on s’occupe de lui !

« Si jamais je meurs, je veux que tu saches que je t’aime. » Avec 39 de fièvre et le nez qui coule. Ça vous rappelle quelqu’un ?

D’après un article paru dans le journal britannique, The Guardian, le Dr Kyle Sue, souligne que des études chez la souris ont suggéré que la testostérone pourrait affaiblir la réponse immunitaire à la grippe, tandis que certaines hormones sexuelles féminines pourraient la stimuler. D’autres études sur le système immunitaire prouvent que les hommes sont plus réceptifs aux virus. Pour autant, les hommes sont, en moyenne, moins malades que les femmes : cinq fois par an, contre sept fois pour les femmes. Pas sûr pour autant que cela excuse leurs plaintes…

Macron face aux Corses

Dans la rubrique Dans le reste du monde

Emmanuel Macron a donné ce mercredi un grand discours à Bastia, afin de fixer ses objectifs pour la Corse, malgré l’absence des élus nationalistes.

Après le long entretien mardi dernier à Ajaccio entre Gilles Simeoni, Jean-Guy Talamoni et le Président de la République, les élus nationalistes ont décidé de boycotter la suite de la visite d’Emmanuel Macron. Le Président de la République avait pourtant convié tous les élus au déjeuner républicain prévu à la préfecture de Bastia.  » Je ne fais pas de la politique en fonction des déjeuners »,  » je n’ai pas de politique qui soit liée à ça ». « Après il y a ce qui s’appelle la courtoisie républicaine et c’est à eux-mêmes, aux corses, aux commentateurs d’en tirer des conséquences », a-t-il ajouté vexé.

Emmanuel Macron a détaillé, ce mercredi, sa stratégie pour l’avenir de la Corse lors d’un long discours à Bastia. De l’identité locale au bilinguisme, en passant par la fiscalité et le patrimoine naturel, le président a passé en revue de nombreux dossiers et a rejeté plusieurs revendications des nationalistes.

Le chef de l’État a fermé la porte à la co-officialité de la langue corse et au statut spécifique de résident mais s’est dit favorable à l’inscription de la spécificité corse dans la Constitution. Il a également fixé son cap en matière de fiscalité, d’économie et de développement numérique.

Les nationalistes quant à eux, dénoncent « une occasion manquée » et un « discours de vengeance, très en deçà des attentes et des enjeux » de la part du Président de la République lors de sa visite.

Nos jeunes serraient-ils plus raisonnables ?

Dans la rubrique Dans le reste du monde

Il semblerait que les jeunes français consomment moins de cannabis, de tabac et d’alcool.

Selon l’OFDT, le niveau de consommation de cannabis des jeunes de 17 ans baisse, mais fait toujours partie des plus élevés d’Europe.

Les indicateurs sont repassés au vert. Après de fortes hausses en 2014, les consommations de tabac, d’alcool et de cannabis chez les jeunes de 17 ans sont de nouveau orientées à la baisse. Si ces consommations sont parmi les plus basses enregistrées depuis le début des années 2000, elles se maintiennent cependant toutes à un niveau élevé. Leur consommation de tabac, de cannabis et d’alcool est passée en revue : Le tabac : Est l’évolution la plus significative : la consommation de tabac est en nette baisse chez les jeunes de 17 ans. Seul un quart d’entre eux fumait quotidiennement en 2017, contre près d’un tiers (32,4 %) en 2014. Plusieurs facteurs expliquent cette « disgrâce », selon l’OFDT, de la cigarette. L’image du tabac est devenue « résolument négative » auprès des adolescents, rapporte une enquête qualitative menée par l’organisme. Le cannabis : Cet indicateur était très attendu, le cannabis étant le produit illicite le plus consommé en France, avec 17 millions de Français qui l’ont expérimenté. Premier constat : les fortes hausses constatées en 2014 ne se confirment pas en 2017. La proportion de jeunes de 17 ans ayant déjà goûté au cannabis a même baissé de 9 points en trois ans. L’alcool : Si la consommation d’alcool chez les jeunes est elle aussi orientée à la baisse, le phénomène est moins net que pour le tabac. La découverte de l’alcool reste quelque chose de culturellement très présent dans notre société, que ce soit avec la famille ou avec les amis.

Silvio Berlusconi « The come back » !?

Dans la rubrique Dans le reste du monde

Le 12 novembre 2011, Silvio Berlusconi présentait sa démission au président italien. Pendant plusieurs mois, il avait été poussé à partir à cause de nombreux scandales suivis de poursuites en justice, le tout dans un contexte économique extrêmement difficile pour le pays. Ce qui ne l’empêche maintenant de revenir en politique.

L’ancien président du Conseil italien, actuellement inéligible, dirige une coalition de droite voir d’extrême droite, en tête dans les sondages pour les législatives du 4 mars prochain.

A 81 ans, Silvio Berlusconi est de retour sur le devant de la scène politique italienne, à un mois d’élections législatives qu’il compte bien gagner. L’ancien président du Conseil, qui a passé déjà 3.000 jours au pouvoir, s’était pourtant fait discret sur le plan politique depuis sa démission fracassante il y a sept ans.

Les prochaines élections législatives sont fixées au 4 mars 2018 en Italie et à un mois du vote, la situation reste extrêmement confuse — aucun des trois blocs qui s’affrontent, selon les experts, ne pourra dépasser la barre de 40% qui lui permettra de former un gouvernement. Paradoxalement, le principal gagnant, dans cette situation, n’est autre que Silvio Berlusconi !

« Je sens que l’Italie a encore besoin de moi. Aujourd’hui je ne vois pas de personnalités qui pourraient faire ce que j’ai fait, même s’il existe des personnalités qui peuvent gouverner », a-t-il déclaré. Aujourd’hui, Silvio Berlusconi ce considère comme une sorte de «père de la nation» aguerri par l’expérience, et se qualifie «d’opposant modéré». Certains qualifieraient l’ancien chef du gouvernement italien d’«archétype» de Donald Trump. Affaire à suivre…

Pizza au petit-déjeuner : c’est plus sain qu’un bol de céréales !

Dans la rubrique Le saviez-vous ?

Et si à la place de votre bol de céréales le matin au petit-déjeuner, vous preniez une part de pizza ? Quelle drôle d’idée !!

Et pourtant, une diététicienne américaine affirme qu’une part de pizza peut apporter tous les nutriments essentiels à ce premier repas de la journée, considéré d’ailleurs comme le plus important. Parmi ses vertus : elle contient autant de protéines qu’un bol de céréales au lait entier et stimule la satiété toute la journée.

Céréales industrielles = trop de sucres
La diététicienne ne va pas jusqu’à affirmer que la pizza est bonne pour la santé mais elle fait remarquer que les céréales sont beaucoup trop sucrées pour le petit-déjeuner.

En effet, les céréales industrielles sont de plus en plus condamnées par les nutritionnistes tant elles contiennent une quantité de sucre beaucoup trop importante. La pizza devient donc une bonne option, à condition de bien choisir les ingrédients qui la composent. Mieux vaut limiter la présence de fromage, de lard ou de peppéroni, et insister sur les légumes.

Notez que si vous choisissez des céréales complètes riches en fibres sans y ajouter des tonnes de sucre mais plutôt du lait et des fruits, cela reste un bon choix.

Il est également conseillé de privilégier le pain complet, le jus de fruit directement pressé ou 100% pur jus et de ne consommer des viennoiseries qu’exceptionnellement, car elles comportent beaucoup de sucre et de matières grasses.

Brèves

Dans la rubrique En bref

Le (petit) tacle de Sarkozy à Wauquiez
Nicolas Sarkozy est vexé que Laurent Wauquiez ne lui demande pas conseil. « Je ne donne de nouvelles que si on m’en demande. Laurent n’en demande pas. Il doit être très occupé en ce moment, il a du mal à décrocher son téléphone. J’arrive plus facilement à joindre Macron que lui ! »

Macron invité par Trump en visite d’Etat aux Etats-Unis fin avril
Le président Trump aurait décidé de faire l’honneur à « Emmanuel » de la première visite d’Etat de sa présidence, notamment grâce à l’insistance de son épouse Melania. Il devrait se rendre à Washington les 23 et 24 avril.

Nathalie Kosciusko-Morizet quitte la politique
NKM quitte la politique et va travailler pour le groupe à New York et s’occupera de cybersécurité dans les entreprises.

Pour vivre mieux, mieux vaut être riche !

Dans la rubrique Socius

On s’en doutait quelque un peu : les inégalités de revenus impactent fortement l’espérance de vie. La France fait partie des pays européens où l’espérance de vie est la plus élevée : 83,6 ans pour les femmes et 78,1 ans pour les hommes. Mais une nouvelle étude de l’Insee vient pondérer ces chiffres : pour espérer vivre vieux, il vaut mieux faire partie des plus aisés.

Ainsi, les hommes plus aisés vivent en moyenne 13 ans de plus que les plus modestes, 8 ans en moyenne pour les femmes, selon une étude de l’Insee publiée ce mardi.

« Parmi les personnes les plus aisées, les hommes ont une espérance de vie à la naissance de 84,4 ans. À l’opposé, parmi les 5 % de personnes les plus modestes, les hommes ont une espérance de vie de 71,7 ans. Les hommes les plus aisés vivent donc en moyenne 13 ans de plus que les plus modestes » souligne Nathalie Blanpain, de la division Enquêtes et études démographiques de l’Insee.

Chez les femmes, cet écart est plus faible : l’espérance de vie à la naissance des 5 % de femmes les plus aisées atteint 88,3 ans, contre 80,0 ans parmi les 5 % les plus modestes, soit 8 ans d’écart. Cela dit, même avec un niveau de vie moins élevé, les femmes vivent plus longtemps que les hommes riches.

Saint-Valentin ou Sans-Valentin ?

Dans la rubrique Socius

Maudit stress. La Saint-Valentin est à nos portes, ce qui veut dire qu’il faut encore montrer à notre partenaire qu’il ou elle est important(e) pour nous. Comme si le reste de l’année à le/la prendre pour acquis(e) ne suffisait pas…

Mais qui a inventé la Saint Valentin ?
L’origine réelle de cette fête est attestée au XIV e siècle dans la Grande-Bretagne encore catholique où le jour de la Saint-Valentin du 14 février était fêté comme une fête des amoureux car l’on pensait que les oiseaux choisissaient ce jour pour s’apparier. (Tout ça pour ça une histoire d’oiseau !!!)

Les pro Saint Valentin
La Saint-Valentin est une des occasions de gâter l’être aimé. Mais trouver un cadeau original même si parfois cela peut virer au casse-tête. La Saint-Valentin, on a beau dire que c’est une « fête commerciale », on adore la célébrer. C’est vrai quoi, quand on y pense : un joli bouquet de fleurs et un dîner aux petits oignons… ça n’a jamais fait de mal à personne, non ?

Les anti
Ennemi numéro un : les petits cœurs à tout azimut !! Et oui c’est une période de l’année où il ne faut pas être allergique aux petits cœurs car vous allez forcement en croiser sur votre chemin : pubs dans vos boîtes aux lettres, sur les 4×3 en bordure de route, sur les vitrine des magasins et même chez le pharmacien !!! Ils sont partout, inévitables !! Nous subissons en cette période de l’année sans mentir (enfin presque !) à peu près quatorze milliards de cœurs bien rouges nous fixer du regard (oui, ils nous jugent).

Les sans Valentin
Pour les célibataires c’est l’occasion de faire la fête entre copines les sans valentin ! Bons plans de soirées entre copines, idées de recettes romantiques sans homme sweet homme ! Et oui, la Saint-Valentin peut aussi être une fête incroyable quand on est célibataire ! Voici quelques idées à faire pâlir les couples in love…

– S’organiser un hammam entre copines : Pour que les petits coeurs n’aient pas raison de votre moral, sortez de chez vous ! Organisez une virée à l’institut de beauté ou au hammam du coin. Le tout entre copines, évidemment !

– Passer la soirée avec un mec (même si ce n’est pas votre mec)

Après tout, on a bien le droit de se trouver un sex friend pour une soirée !

– Organiser une soirée anti Saint-Valentin

Qui a dit qu’il fallait être en couple pour s’amuser ? Quelques amis célibataires et hop, organisez une grosse soirée anti Saint-Valentin. Musique, dancefloor improvisé entre les canapés et qui sait… Vous trouverez peut-être votre Valentin le jour de la Saint-Valentin, mais c’est loin d’être une obligation.

Les cadeaux à éviter !!!
Qui dit soirée St Valentin, dit une belle attention envers sa moitié, et dit forcement cadeau !! On se dit alors qu’une boîte de chocolats est une bonne idée de cadeau. Erreur, c’est un piège! Un assortiment trop petit, trop gros, ou dont la moitié est à saveur de fruits improbables et c’est raté. C’est comme marcher avec des talons hauts dans une pente glacée : il y a de bonnes chances que tu te plantes.

Bien sûr, il y a d’autres choix que le chocolat. Vous pensez acheter un parfum peut-être? Quelle imprudence! Si vous n’avez pas le bon, c’est la déception assurée.

Des sous-vêtements sexys? Prenez garde d’envoyer le bon message! Désirez-vous laisser votre passion ardente s’exprimer, ou dire à votre douce moitié que vous manquez d’attention ou qu’il serait temps qu’elle change ses petites culottes bien fatiguées !! Vous oubliez aussi quelque chose d’important : une taille trop grande ou trop petite et c’est la guerre!

Un dîner en tête-à-tête? Si manger ensemble est pour vous une occasion spéciale, je vous annonce que ça ne va pas bien. À moins que la sortie au restaurant fasse partie d’un plan plus grand, mais dans ce cas, ça serait d’ajouter un élément de stress à un moment qui est supposé être agréable… Idem pour les fleurs. C’est correct, mais ça fait genre « je n’avais pas d’idée ».

Finalement, pourquoi dépenser? Si vos sentiments sont sincères l’un envers l’autre, quelle importance? L’amour, ça ne se donne pas, ça se vit !

Les sextoys, les hommes aussi…

Dans la rubrique SEXÔ

Et oui, les jouets sexuels, plus communément appelés sextoys, ne sont pas réservés qu’aux femmes. Il est loin le temps où on se pouffait devant le canard vibromasseur. Aujourd’hui les entreprises tentent de regorger d’inventivité pour apporter à ces messieurs autre chose que l’éternelle poupée gonflable… Tenga Egg, Fleshlight…Tour d’horizon de ces objets étranges qui – quoi qu’on en pense – sont de plus en plus prisés.

Les anneaux péniens qui maintiennent l’érection et retardent l’éjaculation. De nombreux modèles, design et prix dans les boutiques spécialisées ! Ce sont en général les plus prisés par les couples qui veulent pimenter leur vie sexuelle. Un des plus connus : le Feshlight : un long tube dans lequel on insère son pénis, qui reproduit les sensations d’un vagin, d’un anus ou d’une bouche…

Les masturbateurs, moins prisés, qui fonctionnent avec ou sans télécommande. Beaucoup de célibataires les utilisent, mais pas que !

Les masseurs prostatiques pour le plaisir anal, qui ont le vent en poupe. Malgré le mystère et les tabous qui règnent autour de cette pratique, la protaste est considérée comme le siège du plaisir masculin.

Le plus difficile est désormais de s’affranchir des idées reçues, des clichés et de se lancer…si l’envie vous y prend !

1 2 3 31
Aller en Haut