Macron face aux Corses

Dans la rubrique Dans le reste du monde

Emmanuel Macron a donné ce mercredi un grand discours à Bastia, afin de fixer ses objectifs pour la Corse, malgré l’absence des élus nationalistes.

Après le long entretien mardi dernier à Ajaccio entre Gilles Simeoni, Jean-Guy Talamoni et le Président de la République, les élus nationalistes ont décidé de boycotter la suite de la visite d’Emmanuel Macron. Le Président de la République avait pourtant convié tous les élus au déjeuner républicain prévu à la préfecture de Bastia.  » Je ne fais pas de la politique en fonction des déjeuners »,  » je n’ai pas de politique qui soit liée à ça ». « Après il y a ce qui s’appelle la courtoisie républicaine et c’est à eux-mêmes, aux corses, aux commentateurs d’en tirer des conséquences », a-t-il ajouté vexé.

Emmanuel Macron a détaillé, ce mercredi, sa stratégie pour l’avenir de la Corse lors d’un long discours à Bastia. De l’identité locale au bilinguisme, en passant par la fiscalité et le patrimoine naturel, le président a passé en revue de nombreux dossiers et a rejeté plusieurs revendications des nationalistes.

Le chef de l’État a fermé la porte à la co-officialité de la langue corse et au statut spécifique de résident mais s’est dit favorable à l’inscription de la spécificité corse dans la Constitution. Il a également fixé son cap en matière de fiscalité, d’économie et de développement numérique.

Les nationalistes quant à eux, dénoncent « une occasion manquée » et un « discours de vengeance, très en deçà des attentes et des enjeux » de la part du Président de la République lors de sa visite.