L’Insertion par l’activité économique « lâchée » par les pouvoirs publics

Dans la rubrique Analyse et décryptage

En février 2017, le préfet de région proposait aux principaux acteurs du secteur de l’insertion par l’activité économique (IAE), une stratégie de structuration et de professionnalisation de ce secteur, sous-entendu que cette stratégie faisait défaut. L’objectif était d’arriver à mieux cibler les publics et à améliorer la qualité des actions d’accompagnement et des parcours d’insertion des bénéficiaires.

Il est vrai que la réforme du financement de l’IAE de 2013 a sérieusement perturbé le fonctionnement des petites structures d’insertion qui en ont subi les effets co latéraux. Mais cela n’explique pas tout et notamment pas ceci : Le département de la Guadeloupe, chef de file en matière d’insertion professionnelle s’associe avec la collectivité régionale et l’Etat pour supporter ce dossier majeur. Or, selon les chiffres transmis par la CFTC, le Département aurait engagé 0 euros, au titre du budget 2017, aucune opération nouvelle, juste la fin de liquidation de dossiers datant de 2016. Du coté de l’Etat, après avoir plafonné à plus de 11M€, en 2017, la dotation est réduite à 6,5M€, dont à peine la moitié seront consommés. Enfin pour la Région, le montant reste inconnu à ce jour.

On pourrait presque soupçonner une sorte d’accord entre ces trois partenaires pour contraindre la liquidation de l’instance de représentation de l’IAE par suppression de financement, car aucune structure ne survie sans subsides surtout pas dans le secteur de la formation.

Mais comment en est-on arrivé là. Personne n’a oublié, car ce temps n’est pas si lointain, ou l’Agence départementale de l’insertion (ADI), faisait de la Guadeloupe, le fleuron européen de l’innovation et de la performance de la mise en œuvre des politiques d’insertion. Comment la Martinique qui venait chez nous apprendre à monter des Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI) peut-elle faire mieux que nous aujourd’hui? Comment Saint-Pierre et Miquelon, toute petite soit-elle, obtient de meilleurs résultats que nous à l’occasion des appels à projets du gouvernement, « Economie Sociale et Solidaire » (ESS) ?

Alors face à ce constat, pourquoi en décembre dernier, toujours ces trois mêmes protagonistes ont-ils décidé d’organiser le 1er forum de l’IAE, en présence de quelques experts ? … encore un pas en avant dans le désengagement.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*