Informations pratiques sur l’évaluation des tiers dans la loi Sapin 2

Loi Sapin 2

La loi Sapin 2 concerne les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 100 000 000 euros et qui emploient plus de 500 personnes. Le siège social doit également être situé en France. En cas de non-respect des obligations, les représentants peuvent être soumis à des sanctions administratives et pénales. Depuis l’entrée en vigueur de cette mesure anti-corruption, les entreprises françaises peuvent rivaliser avec les grands noms du marché international.

La loi Sapin 2 et l’évaluation des tiers !

L’évaluation des tiers est une mesure prise dans la loi Sapin, car les actes de corruption peuvent être réalisés par des intermédiaires et des tiers. La mise en place d’une mesure préventive d’évaluation des tiers est donc primordiale.

Le principe est de collecter des informations et des documents sur un tiers afin d’évaluer le risque de corruption auquel l’entreprise s’expose si elle conclut une affaire avec celui-ci. La plupart des entreprises préfèrent confier cette tâche à des agents internes. L’objectif est de vérifier les profils des tiers sur la base de la carte des risques définie selon des critères choisis par l’entreprise elle-même : l’adresse du siège social, le numéro d’enregistrement, les questionnaires, etc.

Cependant, les procédures sont complexes et prennent du temps. L’externalisation est certainement la meilleure solution pour se mettre en conformité avec la loi. Vous pouvez également opter pour une formule ponctuelle, partielle ou complète selon vos besoins pour assurer la gestion du risque tiers. Cela vous permet de garantir la fiabilité des informations et d’automatiser le processus. Toutefois, cela représente un coût important. Pour faire des économies, il est préférable de recourir à une application spécifique. Vous pouvez facilement en trouver une sur values-associates.fr

Existe-t-il d’autres solutions pour faciliter la mise en œuvre de la loi Sapin 2 ?

Outre le recours à un expert, vous pouvez également utiliser un outil dédié pour simplifier la mise en œuvre de la loi sapin 2 évaluation des tiers. Ils vous aideront à vous décharger de certaines des tâches chronophages de la loi. Sur le marché, vous aurez l’embarras du choix. Cependant, tous ne sont pas égaux. Par exemple, ceux conçus avant l’entrée en vigueur de la loi Sapin 2 ne sont plus d’actualité car ils ne répondent pas aux nouvelles exigences. Privilégiez donc un outil récent conçu par des professionnels qualifiés et ayant déjà fait ses preuves auprès d’autres entreprises.

Une application facile à utiliser est également à privilégier. Il serait dommage de passer des heures de formation pour apprendre à maîtriser le logiciel. Dans tous les cas, un bon outil doit être capable de vous donner une vision globale de vos différentes obligations à travers une seule application et de favoriser le travail collaboratif. Ainsi, vous pouvez accéder au suivi de la réglementation à tout moment. C’est un excellent moyen d’optimiser le temps passé à collecter, traiter et analyser les informations.

Une application dédiée à l’évaluation des tiers : comment cela fonctionne-t-il ?

Dans le cadre d’une évaluation des tiers, un outil adapté pourra vous aider à mettre en place un questionnaire AFA. Il vous permettra d’établir une stratégie efficace d’évaluation des clients, des fournisseurs et des tiers en un temps record. Pour faire le bon choix, il y a plusieurs points à vérifier. Tout d’abord, optez pour un outil simple, intuitif et ergonomique que vous pourrez utiliser immédiatement.

Par ailleurs, la sécurité est un paramètre à ne pas négliger. Assurez-vous que la solution que vous envisagez répond aux normes de sécurité en vigueur et que vous avez la possibilité de personnaliser les fonctionnalités en fonction des besoins réels de votre entreprise. Pour trouver la meilleure application, comparez les offres. Sur le web, vous pouvez accéder aux témoignages d’autres utilisateurs. Ils seront en mesure de vous orienter vers les meilleurs modules en ligne.

L’ENSA et les diagnostics immobiliers obligatoires
Après un CAP Esthétique, quelles reconversions possibles ?