Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Le comité de l’eau bloqué par le feu
Il était prévu mercredi, que le komité dlo goubé bloque toutes les routes de Capesterre B.E à Basse-Terre. Mais dès mardi soir, le préfet de Région leur a demandé au nom du civisme de ne pas mettre leur menace à exécution pour permettre le transport des malades du CHU évacué pour cause d’incendie, vers le CHBT.

Nos politiques sur la brèche
Ils sont extraordinaires de réactivité nos politiques lorsqu’il s’agit d’envoyer des communiqués de presse, à chaque occasion. Pour les décès d’une personne connue c’est traditionnel, mais désormais tout est prétexte pour réagir. Un feu au CHU et Justin Bénin en profite pour saluer la mobilisation et le professionnalisme des soldats du feu. Lesquels à mon avis se sont souvent retrouvés dans des situations bien plus dramatiques et dangereuses…

Mais accordons à Justin Bénin le droit de monter au créneau puisque c’est quand même elle, au titre de député, qui a formulé ses inquiétudes, il n’y a pas si longtemps auprès d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et de Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes sur l’état de vétusté du CHU et ses problèmes budgétaires chroniques.

Les 46 assises de la presse francophone
Cette année, les Assises organisée par l’Union de la presse francophone (UPF) se sont déroulées à Conakry, en Guinée. Et comme chaque année, la délégation de Guadeloupe était présente, composée de dix membres dont Jean Claude Rodes, membre du comité international de l’UPF et directeur du Progrès social. Il est intervenu brillamment pour une présentation sur le thème « lanceur d’alerte : la frontière entre journalisme et citoyenneté ». De manière moins formelle, Danick Zandronis, rédacteur en chef de ZCL et CCN, a pris la parole pendant une conférence, pour rappeler le rôle de colonisation française et la place des békés en Guadeloupe. Une intervention qui n’a pas été du goût de tout le monde, mais qui a aussi séduit, notamment les journalistes africains présents.

Il est temps de clarifier les compétences
Dernier exemple en date : le tribunal administratif a choisi d’annuler la délibération du conseil régional sur la taxe spéciale de consommation sur les carburants, demandant au conseil départemental de lui reverser les 20 millions d’euros de recettes. Une nouvelle fois, les compétences de ces deux structures majeures ne sont pas clairement définies et le plus souvent se chevauchent avec l’’accord des uns et des autres, selon les situations. Il serait temps pour une organisation objective de définir clairement les « prés carrés » de chacun ou alors de passer à une collectivité unique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*