Formules à éviter en fin de mail

Dans la rubrique Socius

Vous avez tout faux avec vos « N’hésitez pas à m’appeler » ou « En restant à votre disposition » !!! Dirigeant, entrepreneur, à la recherche d’un emploi, salarié… vous avez tous besoin d’une petite piqûre de rappel…

Cela fait bientôt dix minutes que vos doigts pianotent dans le vent au-dessus de votre clavier. Une perle de sueur commence à se former sur votre front : vous ne savez pas comment clore ce mail qui pourrait vous permettre de décrocher un gros contrat, un entretien… Faut-il tirer la révérence avec « mes salutations les plus respectueuses » ou s’en tenir à ce « cordialement » un peu radin ? L’enjeu est de taille. Et oui sachez que les phrases de fin sont les dernières choses que l’interlocuteur va lire et mémoriser. C’est ce qui le fera passer à l’action ou pas…

Les expressions à jeter

-« N’hésitez pas à… » : trop timide. Le cerveau refuse la négation. Si vous dites « ne tombe pas » à quelqu’un, il se verra tomber ! On se rattrape avec l’impératif de politesse : « Sachez que… », « Appelez-moi si besoin ».

-« J’espère que… » / « en espérant que… » : trop sentimentale et poétique. On n’espère plus rien aujourd’hui au travail !!! On préfère : « Je souhaite », plus affirmé.

-« En restant à votre disposition » : trop soumise. C’est très poli mais cela n’apporte rien et ne fera pas agir votre interlocuteur. On préfère « je reste à votre écoute » ou « j’attends votre réponse », qui engage plus à l’action.

« Merci de… / Je vous remercie par avance de répondre le plus tôt possible… » : trop confiante. On ne donne pas le choix, on suppose que la personne va le faire, c’est un peu autoritaire. On préfère : « Je compte sur votre réponse idéalement pour demain matin ».

-« Je vous prie de bien vouloir… » : trop lourde. Nous sommes envahis par un jargon administratif pour être très poli. Or, dans un mail, on n’a pas de place et peu de temps : en alourdissant les formules.

-« Dans l’attente de votre réponse » : insuffisante. On préfère : « J’attends votre réponse d’ici 17 heures afin de valider (idéalement) le dossier avant le week-end. »

-« Je vous souhaite une agréable journée » : gratuit. On est dans un mail, pas un poème !

-« À bientôt, Bonne journée, Cordialement… » : trop, c’est trop. Il faut choisir une formule de conclusion plutôt que de les cumuler et enlever du sens.

-« Respectueusement » : trop lèche-botte. Pas dans un email, ça ne sert à rien. On peut respecter des gens mais de là à leur manifester du respect à ce point… !

Les expressions à garder 

-« Bonne journée » : pour écrire à un collègue ou une relation professionnelle très cordiale.

-« Salutations distinguées » : pour écrire à un ennemi. C’est un code qui existe depuis longtemps : on utilise cette expression quand on est mécontent et que le mail est ouvertement froid.

-« Sincères salutations » : pour écrire à quelqu’un que l’on n’a jamais rencontré. La formule est formelle et conviviale, sans jugement. Les salutations ne sont ni distinguées, ni meilleures. C’est un bon passe-partout. À garder précieusement pour la fin d’une lettre de motivation.

-« Cordiales salutations » : pour ceux qui n’arrivent pas à choisir entre « sincères salutations » et « cordialement ».

-« Avec mes meilleurs souvenirs » : pour les anciens collègues et collaborateurs dont on garde en effet de bons souvenirs.

-« Amitiés » : pour les contacts privilégiés.

-« Sincèrement » : pour un peu tout le monde.

-« Cordialement / Bien cordialement » : pour tout le monde. C’est correct, mais on ne s’est pas cassé la tête !

-« Bien à vous » : à destination d’autres femmes. Cela ne veut pas dire « je suis à vous » mais « je vous veux du bien ». Or, on évite de l’utiliser avec les hommes. Certains prennent malheureusement trop souvent leurs rêves pour des réalités !

-« À bientôt » : pour ceux à qui l’on va reparler d’ici le lendemain.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*