Category archive

Gwo kamo

Les 6 grands travaux de Chalus

Dans la rubrique Gwo kamo

Le président de Région lors de ses vœux aux forces vives a annoncé les grands projets régionaux pour 2018

-Remettre en état nos réseaux de distribution d’eau potable soit 30 M€ supplémentaires dans les prochains 24 mois

-Le barrage de Moreau, 37M€, pour soutenir l’activité durable de nos agriculteurs.

-Le projet de « Bus des mers » : 1M€ pour le lancement d’un nouveau mode de transport innovant et durable

-La construction du nouvel hippodrome Saint-Jacques pour 1,45M€ cette année

-Poursuite des travaux de la cité scolaire de Baimbridge : 10M€ cette année !

-Construction du Marché d’Intérêt Régional, 6M€ pour une meilleure organisation de la production, la distribution et la commercialisation notamment pour les petites exploitations agricoles.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Les recherches archéologiques plombent les projets
Chaque année, les archéologues réalisent entre 2 et 4 fouilles préventives avant le lancement de grands projets de construction. Des fouilles longues, qui s’étendent en général sur plusieurs mois. Aussi, la direction de l’archéologie de Basse-Terre conseille aux porteurs de projets de s’adresser d’abord à elle pour être sur que leur futur lieu d’investissement ne sera pas susceptible en amont d’être fouillé comme ce fut le cas pour l’agrandissement de la prison de Basse-Terre, du Palais de justice, et de bien d’autres. La Guadeloupe a plus de 4000 ans d’occupation humaine et elle a laissé des traces dans nos sols.  

9 ans après le LKP où en est-on ?
L’accord Bino sur les salaires a été signé le 26 février 2009, puis un second le 4 mars. 9 ans plus tard, le LKP dénonce le fait que ce dernier accord n’a jamais été mis en œuvre dans des domaines comme la gestion de l’eau, l’insertion, la formation des jeunes et 
l’arrêt des discriminations, l’encadrement des prix des produits de 
première nécessité et des carburants, la production agricole, la protection des terres, l’identité culturelle ou encore la santé et l’éducation. Le LKP accuse les élus locaux, les préfets et gouvernements successifs d’avoir fait front commun pour éviter sa mise en application.

Les limites de la télé déclaration
Les agriculteurs en ont fait les frais : la télé déclaration c’est formidable, mais si une anomalie se glisse dans le système alors tout est bloqué. C’est exactement ce qui s’est passé pour la déclaration des demandes d’aides agricole au titre de la politique agricole commune pour l’année 2017. L’indemnité compensatoire de handicaps naturels suite au passage des deux cyclones sera versée avec un décalage de plusieurs semaines… un peu vague comme délais.

Le CIPPA n’y croit pas

Dans la rubrique Gwo kamo

La bonne nouvelle citoyenne de ce début d’année, c’est naturellement l’accord passé entre les six présidents des communautés d’agglomération, le département et la Région sur l’épineuse question de l’Eau.

Ils se sont engagés à financer à hauteur de 71 millions d’euros, sur deux ans, des travaux d’urgence pour mettre, disent-ils, un terme aux tours d’eau. Seul le CIPPA (Comité d’Initiative pour un Projet Politique Alternatif) ne se réjouit pas. Il rappelle que dans un rapport intitulé : Un Schéma Directeur pour la Gestion des Eaux en Guadeloupe (SDAGE) paru en 2009, et rendu public par la DIREN, tout a été dit et écrit : « (…)Le SDAGE préconise d’aller vers un regroupement des structures de production et de distribution d’eau potable afin d’optimiser les investissements à réaliser et de favoriser une solidarité à l’échelle du territoire. Le programme d’actions à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs du SDAGE a été évalué à 641 millions d’euros. (…) Sa réalisation s’étalera dans le temps avec une priorité d’investissements de 346 millions d’euros d’ici 2015. 90 % du montant des investissements concernent les travaux d’assainissement des eaux usées domestiques et les travaux de gestion quantitative de la ressource en eau (…) ». Bien sur, si les délais avaient été respectés depuis 2009, le problème de l’eau serait quasiment résolu.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Un départ … inattendu
Jean-Gabriel Quillin est l’emblématique directeur de Routes de Guadeloupe. Il arrive en 2007 comme directeur adjoint puis comme directeur à partir de 2010. Emblématique car depuis son arrivée à la tête de la structure, les choses roulent plutôt bien. Il dirige plus de 250 personnes réparties entre le siège, 5 Agences territoriales et 9 centres d’exploitation, qui oeuvrent à la gestion, l’exploitation et l’entretien des routes de Guadeloupe.

Alors est-il lassé, blasé, lui a-t-on demandé de quitter sa fonction, l’histoire ne le dit pas encore, mais il semblerait que Jean-Gabriel Quillin quitte très prochainement son poste pour rejoindre le service du développement numérique à la collectivité régionale.

Les vœux au personnel… Chacun son style
A la Région, à l’occasion de la présentation des vœux aux administratifs, les représentants du personnel ont la parole. Pas au département, c’est le directeur général qui parle en leur nom. Pas Top pour le dialogue social diront certains. D’autant que récemment l’exécutif a envoyé un courrier à l’ensemble des agents départementaux, dans lequel elle reproche aux syndicats de vouloir entraver le fonctionnement de la collectivité. Allez embrassez-vous !

Harcèlement sexuel en milieu sportif
L’initiative du club la Gauloise de Basse-Terre est certes en lien avec l’actualité mais ô combien importante car la Guadeloupe n’est certainement pas épargnée. Des entraineurs à la main baladeuse, il en existe sur tous les continents. Aussi le 2 février à 18h30 au siège du club, des intervenants spécialisés aborderont avec vous, sans tabous, le sujet!

Les communes contaminées

Dans la rubrique Gwo kamo

Le rapport d’expertise de l’ANSES donne la liste des communes classées en zone contaminée par la chlordécone en Guadeloupe : Gourbeyre

Trois Rivières

Saint Claude

Goyave

Capesterre-Belle-Eau

Baillif

Vieux Habitants

Petit Bourg

Baie-Mahault

Basse Terre

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

José Gaddarkhan paye l’addition
Le 10 janvier dernier, tous les adhérents de la FRBTP ont reçu un courrier en vue de l’organisation de leur prochaine assemblée générale. Mais en réalité cette lettre est adressée au président de la fédération, José Gaddarkhan et le secrétaire général lui rappelle qu’il a été élu la première fois en 2006 puis en 2010. Voilà donc plus de 10 ans qu’il dirige (apparemment sans fausse note) la structure alors que les statuts stipulent dans l’article 10, qu’il n’est pas possible de briguer plus de deux mandants consécutifs. « C’est pourquoi M. le président nous vous demandons avec solennité, d’organiser l’assemblée générale destinée à renouveler les administrateurs pour ensuite organiser l’élection du nouveau président au plus tard le 9 février …) » Et à la fin du courrier chaque adhérent est prié de se prononcer s’il est pour ou contre cette A.G. La démarche est certes rattachée au droit, mais pourquoi maintenant, alors que depuis plus de 4 ans que José Gaddarkhan préside « illégalement ». Ne serait-ce pas pour lui faire payer son soutien inconditionnel à Henri Nagapin, l’ancien président de la CCI… Allez savoir.

L’immigration refoulée à Pointe-à-Pitre
On se souvient des attroupements certains jours de semaine, dès 4 heures du matin, devant la préfecture de Basse-Terre. Ce spectacle d’immigrés tentant de récupérer le fameux sésame leur permettant de rester légalement un peu plus longtemps dans l’archipel ne se verra plus. En effet, depuis novembre dernier, les services des papiers d’identité et des cartes grises ont été transférés à la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre. Désormais elle est devenue le pôle départemental de l’immigration et de l’intégration. C’est là que viendront désormais tous les étrangers de Guadeloupe pour s’enregistrer et demander une autorisation de séjour.

Karu’lis étand son réseau et dessert la Grande-Terre
Jusqu’à présent, Karu’lis comptait 80 bus répartis sur 32 lignes urbaines, à l’exception de la navette aéroport. Leur zone de déplacement en Grande-Terre ne dépassait pas Marre Gaillard.
A partir du 1er février, au départ de la gare routière, à côté du collège Nestor de Kermadec, derrière la place de la Victoire, les bus Karu’lis desserviront les zones de Sainte-Anne et de Sainte François et pas uniquement les centres bourgs mais également un certain nombre de sections autour.
Un avantage certain pour les résidents de ces zones, alors que les départs sont prévus toutes les 20 minutes. 

Syracuse

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Les indemnités de séjour de Mme Borel
Lorsque l’on connaît le patrimoine immobilier du conseil départemental on peut s’étonner qu’en janvier 2017, à l’occasion d’une délibération de la commission permanente, la présidente du département se soit fait attribuer une indemnité de séjour dans l’attente de la mise à disposition, par le département, d’un logement de fonction. Indemnité qu’elle continue de percevoir un an plus tard, faute de logement trouvé. La CFTC s’étonne, quand on sait que Pointe-à-Pitre est à une heure de route, que son chauffeur la ramène toujours chez elle, et que par ailleurs, la résidence départementale et ses appartements lui tendent les bras, tout comme la maison des ainés, ou encore cet immeuble départemental près de la CCI à Basse-Terre qui pendant des décennies était mis à disposition du ministère de la justice et servait de maison de fonction au procureur général, rendue avec tout son mobilier ancien inventorié. Il est difficile de penser que la présidente ait du mal à se loger et ne trouve aucune maison de fonction à Basse-Terre.

La communauté de commune de Marie-Galante en grande difficulté
La CRC vient de rendre son rapport d’observations définitif sur le fonctionnement de la communauté de communes de Marie-Galante Parmi les observations majeures, il ressort que le budget principal de la communauté de communes est très dégradé. Depuis 2013, elle n’arrive pas à dégager chaque année, une capacité d’autofinancement (CAF) brute suffisante pour honorer ses échéances de remboursement en capital et pour payer une partie de ses investissements (…). Le budget de la communauté de communes se trouve aujourd’hui en grande difficulté. Cette situation budgétaire a des effets sur la trésorerie qui ne permet plus de faire face aux dépenses quotidiennes, ce que confirme notamment le dépassement permanent du délai global de paiement de 30 jours envers les fournisseurs.

Le niveau d’imposition élevé (supérieur à la moyenne nationale) et le niveau d’endettement important ne permettent pas de dégager des ressources supplémentaires, sauf à fixer les taux d’imposition au taux plafond. Retrouver une marge de manoeuvre suppose une réduction des dépenses de personnel qui ont fortement progressé et une réduction des subventions aux associations, d’un niveau aujourd’hui incompatible avec les ressources d’une communauté de communes. L’absence d’organigramme fonctionnel à jour et d’un directeur général des services, associé à un effectif très élevé d’agents de catégorie C encadré par des agents de catégorie A en nombre réduit, rendent difficile la conduite et le suivi des projets ainsi que le pilotage efficient des services.

Une femme à la tête de Sin Martin
Le président est une femme, à la tête du gouvernement de Sin Martin. Léona Marlin Roméo vient d’être nommée, le 15 janvier dernier, 1er ministre, à la suite de la crise politique qui a touché la partie hollandaise de l’île du nord, suite au passage d’Irma et de la démission de son prédécesseur. Elle occupe ces fonctions en interim dans l’attente de nouvelles élections en février. Ce nouveau gouvernement doit en autres, initié le plan de relance de Sin Martin et son financement avec les Pays-Bas et la révision du budget 2018. Rien de telle qu’une femme pour prendre en main ces sujets délicats.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Lurel au Togo
Victorin Lurel, est allé passer ses vacances de fin d’année à Lomé capitale du Togo ou il est allé retrouver son ami et ex collaborateur Marc Vizy. En effet, Marc Vizy, depuis le mois de septembre, est le nouvel ambassadeur de France au Togo. Lurel/Vizy, une relation qui ne date pas d’aujourd’hui. Pour rappel, Marc Vizy a été le collaborateur de Victorin Lurel dès sa première mandature, il était Directeur Général des Services de la Région. Environ trois mois avant que M. Lurel devienne Ministre des Outre-mer, M. Vizy avait été nommé comme conseiller de l’Outre-mer à l’Élysée. Il est resté dans ses fonctions pendant tout le septennat de François Hollande.

Michel Reinette quitte ses fonctions à Guadeloupe La Première
Le blog de l’adap (association de défense de l’audiovisiel public) en général très pertinent dans son contenu, nous apprend que Murielle Barthelemy, ancienne journaliste en Guyane, est annoncée pour remplacer Michel Reinette, l’actuel rédacteur en chef de Guadeloupe La Première en partance pour la retraite. Selon le blog, la journaliste se morfondait jusqu’à présent à France Télévisions Université. Ce poste offert est-il la récompense pour services rendus ? En effet Muriel Barthelemy après avoir fait campagne pour Christiane Taubira en Guyane lors des législatives, avait été récupérée en tant qu’attachée de Presse, par celle qui était devenue Ministre de la Justice de Hollande. Fin de partie en 2013 après un an et retour au bercail avec à la clé des syndicats scandalisés qui avaient réclamé « un délai de carence ». Est ce des critères suffisants pour diriger une équipe rédactionnelle ?

Un EPIC de la formation professionnelle… illégal 
La région voulait redorer le blason de la formation professionnelle, après la lamentable histoire de harcèlement sexuel, mais le syndicat CFTC lui coupe l’herbe sous le pied,  le jour même ou Ary Chalus réunit pour la première fois, le conseil d’administration de l’ Etablissement public 0 caractère industriel et commercial  (EPIC) de la formation professionnelle. En effet, la CFTC vient de demander au tribunal administratif, l’annulation de la délibération qui a permis de créer cet EPIC. Selon la CFTC, il ne repose sur aucune base juridique, aucun pouvoir normatif interne n’en permet la création, et de surcroit, l’activité principale de cet établissement est administrative et non industrielle et commerciale. Mais selon le syndicat, le premier but de la création de cet établissement est bien d’échapper à  la décision de la cour administrative d’appel de Bordeaux. Car la CFTC a obtenu en juillet dernier devant cette cour  à la fois l’annulation de la nomination du directeur général des services, Patrick Dumirier, mais aussi la reconnaissance du fait que les agents de Guadeloupe formation, établissement public administratif régional, ne pouvaient bénéficier de contrats de droit privé.  Et si Ary Chalus a exécuté la première partie du jugement, il ne l’a pas fait pour la déclaration d’illégalité, mieux encore, il délibère avec son conseil pour créer un EPIC formation…….afin d’échapper aux effets de la Cour administrative d’appel de Bordeaux. A voir comment les juges de Bordeaux interpréteront ce tour de passe passe tout comme les juges de Basse-Terre, saisis également d’une demande d’annulation de sa création.

Saint-François se noie sous le déficit communal
Le budget primitif de 2017 de la commune de Saint-François  annonce un déficit de près de 6 millions d’euros en investissement. L’équipe n’a pas d’autre choix de mettre en place les mesures de redressement proposées : maitrise des dépenses du personnel en ne recrutant plus personne, en optimisant les recettes à hauteur de 1,3 millions d’euros et en n’engageant plus aucune nouvelle opération d’investissement… Mais l’idéal serait de transférer le golf à un gestionnaire privé et de relancer l’ouverture de quelques hôtels.

Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

La Région va créer un guichet unique de la formation
Le message est clair : Harry Chalus est sur les traces d’Emmanuel Macron qui ne voit que par le regroupement : regroupement des dispositifs fiscaux, regroupement des filières en milieu scolaire, regroupement des dispositifs pour les demandeurs d’emploi… A son niveau le président de la collectivité régionale veut lui aussi offrir des plates formes qui regrouperaient tous les acteurs d’un même domaine. C’est ce qu’il fait actuellement avec le monde de l’agriculture et celui de la formation et de l’orientation. Pour l’un et l’autre il va créer des guichets uniques dont l’objectif est de répondre aux interrogations des intéressés sur un même site, d’organiser des manifestations qui ne s’adresse pas à un seul public (par exemple les jeunes avec le salon de l’étudiant) mais à tous les publics en quête de formation qu’ils soient apprentis, salariés, handicapés ou séniors.

L’Etat ponctionne les départements pour redonner… aux départements
Le fonds d’urgence voté par le Gouvernement pour tous les départements en difficulté, avait atteint 200 millions d’euros dont 50 exclusivement pour les outre-mer. Ce fonds vient d’être reconduit mais divisé par deux, dont 30 pour les outre-mer. Ces 100 millions seront intégralement prélevés dans la trésorerie de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (la CNSA), en charge de contribuer au financement de l’accompagnement de la perte d’autonomie des personnes âgées et handicapées qu’assurent … les départements.

La présidente du conseil départemental reste sur ses gardes
Le 21 novembre dernier, la délibération par laquelle la Région entendait priver le Conseil départemental de près de 20 millions d’euros de recettes de la TSC a été annulée par le tribunal administratif. La collectivité régionale n’a pas fait appel de cette décision. Aussi, pour 2018, dans son budget administratif, Josette Borel Lincertin a proposé de voter une somme équivalente à celle de 2017. Toutefois la présidente reste sur ses gardes et précise en s’adressant aux conseillers départementaux réunis en plénière le 14 décembre dernier : « je me dois de rester vigilante et je vous invite à l’être également, car il ne vous aura pas échappé que le président de Région a annoncé qu’il prendrait deux délibérations lors de sa prochaine plénière prévue le 27 décembre : l’une rétablissant pour 2017 la répartition en vigueur les années précédentes – ce qui est conforme à la décision de justice – et une autre pour 2018, dont nous ignorons tout à ce stade ». Le suspens est à son comble.

La communauté de commune de Marie Galante dans les clous
La CRC vient d’émettre un second avis sur les comptes de la CCMG. Le premier dénonçait un budget primitif 2017 en déséquilibre, celui-ci au contraire félicite la communauté sur le caractère suffisant des mesures de redressement prises par la délibération du conseil communautaire conforme aux propositions de la chambre dans son rapport de septembre 2017.

La musique des Antilles n’a plus sa place à Marseille
Babel Med c’est tout à la fois un marché et un festival des musiques du monde qui se déroule chaque année à Marseille. Depuis 15 ans, cette manifestation rapproche les cultures, les artistes et les publics de plus de 52 nationalités. L’édition 2018 vient d’être annulée suite au refus de la collectivité régionale de verser sa subvention. C’est vraiment dommage car c’était un des rares lieux où la musique antillaise, outre atlantique, avait une réelle lucarne de visibilité sur le monde.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Le coup de gueule d’André Attalah
Suite à la réunion sur l’eau provoquée par la présidente de la CASBT, « je n’ai pas voulu jouer à l’hypocrite, je ne me suis donc pas excusé parce que j’avais décidé de ne pas aller à cette réunion. Je considère qu’il s’agit d’une vaste mascarade et je pèse mes mots (…) Je rappelle, à toutes fins utiles, que la majorité du conseil régional, dont je faisais partie, à l’époque de Victorin Lurel, avait déjà proposé de réunir l’ensemble les décideurs : conseil régional, conseil départemental, office de l’eau, Etat, dans le but de créer une structure unique de l’eau. Lucette Michaux Chevry a fait partie de ceux qui ont refusé de siéger à cette commission et aujourd’hui, elle nous demande un rassemblement (…) Et surtout je lui reproche de vouloir régler le problème de l’eau en Guadeloupe, alors que celui de Basse-Terre n’est pas résolue. Son compte administratif a été mis en minorité tout simplement parce que le taux d’exécution du budget annexe « Assainissement » n’a été que de 25% ! Quand on sait l’importance du problème de l’assainissement à Basse-Terre… on peut s’interroger sur le choix du calendrier.

Appel à la Solidarité contre le chlordécone
Philippe Verdol est le président de l’association EnVie-Santé, mais il est aussi maître de Conférences en Economie à l’Université des Antilles et membre de la section Guadeloupe de la Ligue des Droits de l’Homme. L’association s’est faite connaitre il y a quelques années en faisant aboutir l’interdiction de l’épandage aérien de pesticides agricole outre-mer. Aujourd’hui elle poursuit son combat sur l’impact du chlordécone et des pesticides en général, sur notre santé. Elle s’appuie notamment sur les conclusions de Luc Multigner chercheur à l’Inserm de Rennes et au CHU de Pointe-à-Pitre. Lequel a révélé que le chlordécone est le toxique le plus répandu dans les cours d’eau aux Antilles et dans le sang des Antillais : environ 90 % des Guadeloupéens sont contaminés. Aussi l’association a décidé d’aller devant les tribunaux une nouvelle fois et fait appel à la générosité de tous pour payer les honoraires d’avocats.

Belle idée… mais c’est tout
Le Conseil régional et l’Association des Ecrivains de la Caraïbe ont eu une démarche très intéressante en souhaitant faire découvrir au plus grand nombre (toujours les mêmes) le panel impressionnant de nos maisons d’édition sur un si petit territoire. C’est bien la preuve du dynamisme de la littérature guadeloupéenne. Jusque là tout va bien. La présentation a eu lieu au Mémorial Acte sous l’appellation poétique de « Écho de lecture Et Intimité de la dédicace ». Ce qui fut réellement intime en vérité, c’est la longueur des interventions. Au lieu de séduire le public avec une idée originale de présentation, ils se sont contentés de lire une succession d’extraits d’ouvrages… à n’en plus finir. A refaire donc mais autrement.

Saint-Martin : mauvaises nouvelles pour les aménageurs et les politiques locaux
Il fallait s’y attendre. Après le passage des deux ouragans et la note salée des indemnisations, l’Etat français a décidé de « reprendre l’île en main ». Il y aura bien une préfecture de plein exercice et un renforcement du nombre de fonctionnaires à Saint-Martin. Le fonds d’aide à la reconstruction ne sera pas global. Le gouvernement ne souhaite pas remplir une tirelire dans laquelle viendront puiser les politiques et les aménageurs locaux, comme le dit non sans humour mon confrère Ronan Ponnet. Le gouvernement va faire passer la reconstruction par la mise en place de normes conditionnant les projets. Et c’est bien la loi française qui sera applicable en matière d’urbanisme. Les projets seront étudiés un à un et devront répondre à des normes environnementales et notamment anti-cyclonique. Finalement Saint-Martin pourrait devenir le premier territoire véritablement européen

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Le maire de Sainte-Anne joue les Caliméros
Christian Baptiste semble ne pas comprendre pourquoi la Chambre Régionale des Comptes s’acharne sur sa commune, lui qui a suivi « à la lettre » les préconisations du « gendarme » des collectivités. Et il le dit sur les ondes et par voie de communiqué : il n’a rien à se reprocher. D’abord, il a réduit les dépenses à moins de 6,1 millions comme lui demandait la CRC, il a sensiblement réduit les charges du personnel depuis 2015, il a amélioré le produit de la fiscalité, le rendement de la taxe de séjour et enfin il a rétabli la capacité d’autofinancement et limiter les investissements au strict nécessaire et même renégocié les emprunts bancaires. Alors Non mais Oh !!! C’est presque à vous dégouter de faire des efforts.

Sapotille/Chalus à couteaux tirés
En accusant la région d’être à l’origine du déficit de l’Établissement Public de Coopération Intercommunale du Nord Basse-Terre qu’il préside, Jocelyn Sapotille s’est attiré les foudres du président de Région. Et Ary Chalus rappelle quelques vérités que son « accusateur » semble avoir oublié comme le fait que la Chambre Régionale des Comptes a considéré illégal d’exiger de la Région le reversement d’une partie de la taxe pour le fonds routier. Ou encore que la compensation au titre des services de transports urbains ne serait pas du ressort de la Région mais bien de la CANBT qui a décidé de maintenir ces lignes.

Un sourire qui ne séduit plus
Alain Clément, simple citoyen, s’est senti exaspéré lorsque pour répondre à quelques critiques sur le problème récurrent de l’eau, Lucette Michaux Chevry s’est contentée de répondre qu’il suffirait de faire « comme par le passé pour l’eau » le tout accompagné d’un large sourire. Mais surtout, il s’interroge sur le positionnement des autres présidents de communautés de communes dans ce contexte. Et bien il n’est pas le seul à se poser la question. La réponse n’est pourtant pas sortie de la grande réunion qu’elle a organisé avec tous les parlementaires, mardi dernier. Ce n’est qu’une énième réunion autour de l’eau.

Un prochain bus de mer
La région souhaite mettre en place un syndicat unique de transport qui se chargerait de gérer, pour le compte de la collectivité majeure, le transport interurbain et scolaire. Il serait également responsable du nouveau service par bus de mer qui entre en activité en début d’année 2018 entre le Gosier, Pointe-à-Pitre et Jarry, avant de l’étendre sur le Grand Cul de sac marin.

Ernest Moutoussamy nous conte Saint-François
Ernest Moutoussamy aime écrire. L’ancien député-maire de Saint-François vient de publier aux éditions Nestor, un ouvrage « en hommage et en reconnaissance à tous ceux qui nous ont laissé cette commune en héritage ». Sur une centaine de pages bien illustrée, il passe en revue la nature et les hommes de cette parcelle du territoire guadeloupéen comme une « signature sur la joue du temps ». Il y met en exergue, outre l’occupation dans le temps des différentes communautés ethniques, leur patrimoine religieux, culturel, touristique et industriel d’une population ayant contribué à donner une identité remarquable à cette commune. Un bel ouvrage de bibliothèque

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Le comité de l’eau bloqué par le feu
Il était prévu mercredi, que le komité dlo goubé bloque toutes les routes de Capesterre B.E à Basse-Terre. Mais dès mardi soir, le préfet de Région leur a demandé au nom du civisme de ne pas mettre leur menace à exécution pour permettre le transport des malades du CHU évacué pour cause d’incendie, vers le CHBT.

Nos politiques sur la brèche
Ils sont extraordinaires de réactivité nos politiques lorsqu’il s’agit d’envoyer des communiqués de presse, à chaque occasion. Pour les décès d’une personne connue c’est traditionnel, mais désormais tout est prétexte pour réagir. Un feu au CHU et Justin Bénin en profite pour saluer la mobilisation et le professionnalisme des soldats du feu. Lesquels à mon avis se sont souvent retrouvés dans des situations bien plus dramatiques et dangereuses…

Mais accordons à Justin Bénin le droit de monter au créneau puisque c’est quand même elle, au titre de député, qui a formulé ses inquiétudes, il n’y a pas si longtemps auprès d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et de Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes sur l’état de vétusté du CHU et ses problèmes budgétaires chroniques.

Les 46 assises de la presse francophone
Cette année, les Assises organisée par l’Union de la presse francophone (UPF) se sont déroulées à Conakry, en Guinée. Et comme chaque année, la délégation de Guadeloupe était présente, composée de dix membres dont Jean Claude Rodes, membre du comité international de l’UPF et directeur du Progrès social. Il est intervenu brillamment pour une présentation sur le thème « lanceur d’alerte : la frontière entre journalisme et citoyenneté ». De manière moins formelle, Danick Zandronis, rédacteur en chef de ZCL et CCN, a pris la parole pendant une conférence, pour rappeler le rôle de colonisation française et la place des békés en Guadeloupe. Une intervention qui n’a pas été du goût de tout le monde, mais qui a aussi séduit, notamment les journalistes africains présents.

Il est temps de clarifier les compétences
Dernier exemple en date : le tribunal administratif a choisi d’annuler la délibération du conseil régional sur la taxe spéciale de consommation sur les carburants, demandant au conseil départemental de lui reverser les 20 millions d’euros de recettes. Une nouvelle fois, les compétences de ces deux structures majeures ne sont pas clairement définies et le plus souvent se chevauchent avec l’’accord des uns et des autres, selon les situations. Il serait temps pour une organisation objective de définir clairement les « prés carrés » de chacun ou alors de passer à une collectivité unique.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Les assises … elles font parler
A l’occasion de sa première émission télé consacrée aux assises de l’Outre-Mer, organisé par Guadeloupe 1ère, on a pu entendre notamment la voix du jeune président des pêcheurs, Mr Vincent, en bisbille avec l’Europe, notamment sur la politique restrictive et inadaptée des armements de pêche et de la délimitation des eaux territoriales avec nos voisins de la Caraïbe qui face aux envolées théoriques et formelles de l’universitaire Pierre-Yves Chicot et aux propos institutionnels de Marie-Luce Penchard, a pu faire admettre qu’il avait à faire bouger les lignes en faveur de la profession. Autre intervention celle de Max Etna, qui a solennellement convié les « débatteurs » et les auditeurs à « être progressistes et non frileux » sur la question de l’évolution institutionnelle vers une autonomie, constatant que la Guadeloupe va mal et que cela ne s’est guère amélioré depuis 2009, date les Etats Généraux de l’Outre-Mer.

L’Europe en a marre des fake news
Les « fake news » sont une maladie contre laquelle l’Europe doit se « vacciner », estime Mariya Gabriel, commissaire au numérique, qui vient de lancer une consultation publique sur la manière dont l’UE devrait réagir. La Commission a publié un questionnaire et récoltera les réponses du public jusqu’en février, afin d’orienter le document de stratégie qui sera finalisé début 2018. Celui-ci ne sera pas juridiquement contraignant, mais présentera une série de recommandations sur la manière dont les plateformes comme Facebook et Youtube devraient limiter la diffusion de  fausses informations.

Coopération régionale : on dirait que ça bouge
La 13ème édition de la conférence de coopération régionale qui s’est achevée le 17 novembre dernier en Guadeloupe a donné lieu à de nombreux échanges et discussions mais à peu d’actions opérationnelles et concrètes si ce n’est cette innovation notable formalisée par la signature, mercredi,d’une convention entre la Région et l’Agence Expertise France. « Elle aidera la Guadeloupe » comme l’a dit le président Ary Chalus, à vendre et à exporter son expertise dans notre région. A retenir aussi de cette réunion, le propos du directeur adjoint de cabinet de la ministre de l’Outre-mer qui a annoncé le doublement des fonds FEBECS dont la vocation est de permettre les échanges en matière sportive, culturelle et d’éducation avec nos voisins.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

L’Europe reconnait des dysfonctionnements
Une fois n’est pas coutume, l’Union européenne a décidé de modifier ses règlements en matière de pêche dès 2018. Et ce n’est pas du luxe. En effet, notre pêcherie, comme celle de la Martinique est artisanales et n’a rien à voir avec l’industrie de la pêche d’autres pays européens qui partent des jours en mer pour ramener des tonnes de poissons. Et même s’il s’agit d’aller pêcher au milieu des bancs de poissons pélagiques, l’idée est de partir le matin et de rentrer dans l’après midi. Or les consignes européennes telles qu’elles sont posées aujourd’hui ne correspondent absolument pas à la réalité du marin pêcheur Guadeloupéen. IL a fallu du temps mais le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker, a finalement accepter l’idée de revoir le positionnement de l’Europe sur les régions ultra périphériques principalement sur le matériel de pêche, l’équipement et la motorisation.

Les experts guadeloupéens veulent rayonner en Caraïbe
La collectivité régionale a organisé un forum pour les experts architectes, urbanistes, ingénieurs du BTP et a signé une convention avec l’Agence française de coopération technique internationale « Expertise France ». L’idée, puisque nous sommes dans la coopération, est naturellement l’échange de services et de connaissances entre les DFA et les territoires du bassin caribéen. C’est une démarche louable, mais les experts ne s’y leurrent pas. Il est très rare que l’on fasse appelle à eux en dehors des zones nationales. Quid après le séisme d’Haiti pour la reconstruction ou encore après le passage du cyclone sur la Dominique il y a trois ans et d’une manière générale pour toutes les catastrophes. Ni nos entreprises de BTP, ni nos experts ne trouvent grâce à leurs yeux.

Les taxiteurs portent plainte
Les taxiteurs ont porté plainte contre le Grand Port Caraïbe pour complicité d’exercice illégal de la profession de taxi

Philipson Francfort un maire fragilisé
Contre toute attente mais surtout contre l’avis du maire Philipson Francfort, c’est l’ex footballeur de l’Etoile de Morne-à-l’Eau, Guetty Labuthie qui a été élu 1er adjoint, en remplacement de Victoire Jasmin. Laquelle tombe sous le cumul des mandats en devenant sénatrice. Cette élection met surtout en évidence certaines dissensions au sein du conseil municipal. Le candidat du maire quant à lui a été largement battu par Guetty Labuthie proposé par Jean Bardail.

Gwo Kamo

Dans la rubrique Gwo kamo

Le BTP enfin aux couleurs des Outre-mer
En juillet dernier, les conclusions d’un rapport sénatorial sur les normes techniques dans le secteur du BTP en outre mer aurait de quoi réjouir tous les professionnels de ce secteur. L’objectif de ce document est de simplifier et d’adapter les règles de construction en outre mer. En effet, selon le sénat, l’application uniformisée de ces règles en outre mer s’avère trop souvent aberrante voire impossible, provoque des surcouts et met de côté les ressources matérielles et humaines locales Or les besoins en logements et en infrastructure sont importants. Le rapport propose donc 35 mesures pour adapter les normes aux besoins de construction de logements et de travaux publics comme l’autorisation du recours à des matériaux provenant de l’environnement régional, l’adaptation des normes professionnelles ou encore l’utilisation de styles architecturaux ou de modes de constructions traditionnelles pour éviter l’uniformisation et la standardisation esthétique de l’habitat.

Une annulation de principe mais une annulation quand même
Le syndicat CFTC a saisi le Tribunal Administratif, pour demandé l’annulation de la convention conclue le 1er juillet 2016 portant mise à disposition de Bernard Lubeth, administrateur territorial contractuel au département de la Guadeloupe, auprès de la communauté d’agglomération Cap Excellence. Le syndicat estimait que cette mise à disposition d’un agent public non titulaire, auprès de cet établissement public de coopération intercommunale, était illégale. D’ailleurs curieusement, dès le 5 décembre 2016, la présidente du conseil départemental de la Guadeloupe mettait fin à cette convention. Ce qui n’a pas empêché le T A d’annuler cette convention et de condamner le département de la Guadeloupe et la communauté d’agglomération Cap Excellence à verser au syndicat CFTC la somme de 1 000 euros chacun.

Couper des têtes pour sauver sa cantine
Saint-Louis de Marie-Galante a une nouvelle fois été épinglée par la cour des comptes notamment en raison du déficit de la caisse des écoles qui plombe le compte administratif, lequel accuse un déficit de 2 millions d’euros malgré une subvention communale annuelle de 600 000 euros. Le déficit était à 1,5 million en 2014. En 2015, la chambre avait préconisé des mesures de redressement notamment l’augmentation des recettes et une réduction des charges du personnel. Finalement il n’y aura eu aucune réduction des effectifs du personnel. Aussi aujourd’hui deux solutions sont proposées par la CRC : une augmentation de la subvention communale pour la porter à 1,9 million d’euros mais c’est juste pas possible pour les finances communales ou alors licencier des agents non titulaires… Pas facile d’être maire.

 

Des start-up bien couvées
Certaines start-up sont « de jeunes pépites » en Guadeloupe. Aussi, la Région a déjà signé avec certaines d’entre elles, une convention de 50 000 euros sur 3 ans. Elles iront grandir dans le plus gros incubateur de start-up, « la Station F », pour continuer à se renforcer, notamment sur des programmes outre-mer pour ensuite mieux revenir après avoir levé des fonds et accentué leur spécificité au contact d’individus d’expérience. Ce sont avant tout des programmes initiés par des Guadeloupéens, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas vocation à disparaitre dans les 5 ans.

 

Aller en Haut