Category archive

Santé

Les sextoys, les hommes aussi…

Dans la rubrique SEXÔ

Et oui, les jouets sexuels, plus communément appelés sextoys, ne sont pas réservés qu’aux femmes. Il est loin le temps où on se pouffait devant le canard vibromasseur. Aujourd’hui les entreprises tentent de regorger d’inventivité pour apporter à ces messieurs autre chose que l’éternelle poupée gonflable… Tenga Egg, Fleshlight…Tour d’horizon de ces objets étranges qui – quoi qu’on en pense – sont de plus en plus prisés.

Les anneaux péniens qui maintiennent l’érection et retardent l’éjaculation. De nombreux modèles, design et prix dans les boutiques spécialisées ! Ce sont en général les plus prisés par les couples qui veulent pimenter leur vie sexuelle. Un des plus connus : le Feshlight : un long tube dans lequel on insère son pénis, qui reproduit les sensations d’un vagin, d’un anus ou d’une bouche…

Les masturbateurs, moins prisés, qui fonctionnent avec ou sans télécommande. Beaucoup de célibataires les utilisent, mais pas que !

Les masseurs prostatiques pour le plaisir anal, qui ont le vent en poupe. Malgré le mystère et les tabous qui règnent autour de cette pratique, la protaste est considérée comme le siège du plaisir masculin.

Le plus difficile est désormais de s’affranchir des idées reçues, des clichés et de se lancer…si l’envie vous y prend !

Traiter les lésions de la moelle épinière grâce au poisson zèbre

Dans la rubrique Santé

Les chercheurs ont fait une étrange découverte qui pourrait être utilisée dans la médecine humaine : le poisson zèbre est un des seul poisson capable de régénérer sa moelle épinière et de reconstituer sa colonne vertébrale brisée. Pratique quand on sait qu’une rupture de la moelle peut entraîner une paralysie voir un décès chez l’homme.

Une guérison en huit semaines
Après plusieurs études, publiées notamment dans la revue Sciences, les biologistes américains ont mis en avant cette régénération des tissus. « Vu le nombre de thérapies réparatrices disponibles, nous devons chercher des solutions chez les animaux et celle-ci est une des plus remarquables », a estimé l’un d’eux dans ses travaux.

Ainsi, les cellules de la moelle de ce petit poisson forment un pont grâce à la production d’une protéine particulière et permet de combler le vide créé par la blessure. Les cellules nerveuses se développent et le poisson est guéri au bout de huit semaines. Les chercheurs avaient tenté de bloquer les gènes actifs -au nombre de sept – sur des cobayes et justement, les poissons zèbres n’avaient pas pu régénérer leurs tissus.

 Des études encore en cours
Et ce qui permet de dire que cette découverte peut être utile à l’homme dans la fabrication d’un éventuel traitement, c’est que nous partageons de nombreux gènes en commun avec cette espèce, dont celui produisant de la protéine.

Reste désormais à savoir si cette protéine, suffisante pour le poisson zèbre, l’est pour l’humain. Il semblerait que non et les scientifiques ont déjà entrepris de poursuivre leur étude sur ce petit poisson rayé.

L’igname sauvage, ses bienfaits, ses dangers

Dans la rubrique Astuces

Il y a plus de 600 espèces d’ignames. Ici, on vous parle de l’igname sauvage, également appelé “igname velu” qu’on utilise comme plante médicinale depuis des siècles et des siècles.

– Traitement des rhumatismes et analgésique local. En usage externe.

– Soulage les règles douloureuses et la ménopause : la plante qui contient de nombreux antioxydants serait notamment une source de progestérone, mais aucune étude ne vient le confirmer.

– “L’herbe à colique” régule également le transit comme son surnom l’indique. Contre les troubles digestifs, il est conseillé de faire bouillir 1 à 2 grammes de rhizome par tasse pendant 15 à 20 minutes avant de filtrer. Vous pouvez boire jusqu’à deux tasses par jour.

Attention cependant car l’igname sauvage est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes ou souffrant d’une maladie hormono-dépendante telle que le cancer du sein, des ovaires, de l’utérus… Les Aztèques se servaient d’ailleurs de la racine d’igname sauvage comme un régulateur de grossesse, l’ancêtre de la pilule contraceptive en somme…

Le blanchiment de pénis, nouvelle mode absurde en Thaïlande

Dans la rubrique SEXÔ

Non vous ne rêvez pas, certains hommes à Bangkok ont décidé de faire appel à la chirurgie esthétique pour se faire blanchir le pénis contre plusieurs centaines de dollars.

Cela fait quelques années déjà que les Thaïlandais et Thaïlandaises font de la blancheur une obsession. Le teint pâle, les aisselles, le pubis et maintenant le pénis de ces messieurs donc. Et cette idée complètement tordue vient du très sérieux Lelux Hospital, un établissement privé de chirurgie esthétique situé à Bangkok qui fait appel à la technique du laser pour dépigmenter la peau de cette partie du corps.

Selon la radio anglaise BBC et le quotidien Libération qui ont enquêté sur le sujet, la clinique recevrait près d’une trentaine de clients par mois et la tendance ne ferait que prendre de l’ampleur. D’autres cliniques proposent désormais cette intervention. A tel point que le Ministère de la Santé a du communiquer sur les dangers potentiels de cet acte : douleurs, inflammation, cicatrice, lésions, troubles de l’appareil génital… Une alerte qui pour l’instant n’a pas l’air d’être prise au sérieux.

Les ados accros aux smartphones seraient plus sujets aux dépressions

Dans la rubrique Santé

Le mal du 21ème siècle pourrait bien être l’utilisation excessive de nos smartphones, tablettes ou ordinateurs. Plusieurs études ont d’ailleurs établi un lien entre cette addiction et des symptômes de dépression ou d’anxiété.

Focus sur la composition du cerveau
Une étude sud-coréenne réalisée à l’Université de Séoul démontre les effets néfastes sur la santé des jeunes. Les chercheurs ont travaillé avec une petite quarantaine de volontaires dont la moitié présentaient une addiction aux technologies. Ils ont mesuré la composition chimique du cerveau à l’aide d’un IRM. Les résultats sont surprenants : les ados “accros” présentaient des taux anormalement élevés de deux neurotransmetteurs qui favoriseraient les insomnies, l’anxiété et les troubles de la dépression (le GABA et le Glx).

Les bénéfices d’une thérapie comportementale
Une seconde étude, cette fois issue de l’Université de l’Illinois, vient confirmer les dires des Sud-coréens. Les Américains ont questionné plus de 300 étudiants sur le sujet. Et les résultats sont similaires : “Les personnes qui avaient un comportement révélant une addiction aux nouvelles technologies étaient plus susceptibles que les autres de subir une dépression ou de vivre des périodes de grande anxiété”, a expliqué Alejandro Lleras, principal auteur des travaux, dans la revue “Computers in Human Behavior”.

Il est à noter qu’en France, plus de 77% des 18-75 ans possèdent un smartphone. En moyenne, ils le consultent 30 fois par jour et cela peut aller jusqu’à 50 fois chez les plus jeunes.

Reste désormais à savoir comment combattre ce phénomène. Les chercheurs évoquent la mise en place d’une thérapie comportementale à destination de ces jeunes dépendants. Allez on décroche.

Le saviez-vous ?

  • Un nouveau mot est entré dans le dictionnaire : Nomophobie. Soit, littéralement, la peur (irrationnelle et excessive) de se retrouver sans smartphone, tablette ou ordinateur…
  • Le smartphone diminue l’attention, même quand il n’est pas utilisé! Il suffit qu’il soit à portée de main ou dans votre champ de vision pour que le smartphone nuise à la concentration.

Ces aliments anti-migraine

Dans la rubrique Astuces

Si vous souffrez régulièrement de maux de tête, sachez que vous n’êtes pas seul. Environ 12% des adultes connaissent des épisodes de migraines et cela touche principalement les femmes. Il peut s’agir du stress, des menstruations, des changements hormonaux ou d’un problème de foie par exemple. Alors pas de recette miracle mais voici quelques aliments que vous pourrez privilégier dans votre alimentation…

-Côté légumes : les épinards, les brocolis, les asperges, les navets, les champignons sont efficaces car ils contiennent de la vitamine B, un nutriment qui augmente le niveau de sérotonine dans l’organisme et qui permet de diminuer la douleur.

-Côté épices : le gingembre car il est un analgésique naturel. Rien de tel qu’un thé au gingembre pour soigner vos vilaines migraines.

-Côté plantes : la menthe ou le tilleul sont des puissants sédatifs. Ils peuvent également être consommé sous forme d’infusions (toutes les cinq heures).

-Côté poisson : le saumon, la morue, la sardine, la truite, bref tout les poissons gras riches en oméga 3.

Mais aussi le café, les noix, les lentilles, les pommes de terre et même..le café ! Parmi tous ces ingrédients, il y en a bien un qui fera votre bonheur.

Tous obsédés par le sexe ?

Dans la rubrique SEXÔ

Si l’esprit coquin est souvent vu comme un “pêché” masculin, les femmes n’ont pas de quoi s’enhardir. Une récente étude américaine* vient en effet de prouver que les femmes penseraient au sexe au moins une fois par heure (soit plus de 18 fois par jour…). C’est toujours moins que leurs hommes (toutes les 28 minutes à raison donc de 34 fois par jour) mais cela permet de remettre les pendules à l’heure.

On veut manger, dormir et faire l’amour
L’étude s’est ainsi basée sur plus de 280 étudiants âgés de 18 à 25 ans, de l’université de l’Ohio et a permis de démontrer que la pensée du sexe venait bien avant celle du sommeil ou de la faim.

Ainsi, l’envie de dormir se manifesterait toutes les 33 minutes chez les hommes (contre 62 minutes chez les femmes) et l’envie de manger toutes les 38 minutes (contre 72 pour la gente féminine).

On ne casse donc pas de clichés en disant que tout au long d’une journée, les hommes ne pensent qu’à manger, dormir et faire l’amour.

Mais cette même étude affirme que quand les femmes pensent à une relation érotique, elles sont 59% à fantasmer sur leur…ex. À chacun ses faiblesses !

En somme, tout le monde pense au sexe, et pas de la manière la plus raisonnable qu’il soit…

*Etude réalisée par IllicitEncounters.com, site de rencontres extra-conjugaux en Angleterre.

De la bave de limace pour suturer des plaies

Dans la rubrique Santé

Ne faites pas la grimace, on l’utilise bien pour des crèmes anti-rides. Cette fois-ci, c’est pour un usage plus médical que les scientifiques de l’Université d’Harvard aux Etats-Unis ont aiguillé leurs recherches. Et ils se sont intéressés à la Dusty Arion, une limace de 50 à 70 mm de long quelque peu disgracieuse mais dont la bave s’avère être très précieuse. En effet, lorsque la petite bête se sent menacée, elle sécrète un mucus produit par ses glandes qui la colle au sol, même sur les surfaces les plus humides. Impossible alors de la déloger. Cette bave contient en effet une substance dure en protéines.

Biodégradable dans le corps
Et c’est justement cette colle qui pourrait être l’ustensile miracle des chirurgiens dans les prochaines années. Biodégradable dans le corps, contrairement aux agrafes et aux sutures traditionnelles, cette colle permettrait alors de réparer les plaies sans abîmer les tissus, rendrait l’acte plus précis et éviterait des matériaux toxiques pour l’organisme.

S’il existe déjà des colles chirurgicales, leur efficacité laisse à désirer notamment au contact de liquide ou de sang. Souvent trop rigides, fragiles ou parfois toxiques, elles sont peu utilisées.

Des essais très concluants
Les chercheurs ont donc testé une colle imitant cette bave de limace sur des rats et des cœurs – en mouvement – de porcs. Ils ont utilisé des polymères dans un gel à base d’eau. Le prédateur ne parvient pas à le retirer de la branche ou de la roche où se trouve la limace, tant la colle est forte. Ils ont décidé d’utiliser la même structure, qui est composée de plusieurs niveaux d’adhésifs. L’un de ces niveaux, composé de particules chargées, peut céder sans que la structure de la colle soit altérée. Cela lui permet de résister à une tension trois fois plus grande que les autres colles chirurgicales !

Les essais se sont avérés très concluants et devraient se poursuivre sur des êtres humains. Si tout fonctionne, les chirurgiens pourraient utiliser ce pansement adhésif dans quelques années. Voilà une bonne raison de laisser tranquille nos amis gastéropodes…

Pimentez sans culpabiliser !

Dans la rubrique Astuces

Focus cette semaine sur un ingrédient dont certaines personnes en raffolent et qui agrémente nos plats. Vous pensez à quoi ? Au piment, c’est évident…!

La vertu première du piment est la capsaïcine, un composé chimique qui provoque la sensation de brûlure sur nos lèvres. Et la capsaïcine a de nombreux bienfaits :

– Elle diminue l’appétit et augmente la sensation de satiété

– Elle brûle les graisses et aide à la digestion (soulage aussi les douleurs d’estomac)

– Elle joue sur l’inflammation, la sueur et les convulsions

– Elle peut détruire certaines cellules cancéreuses (pancréas, poumon, prostate)

Le piment en règle générale est également riche en antioxydants, en oligo-éléments et protège nos cellules des radicaux libres. Il est riche en vitamines et a donc de nombreuses actions sur la peau, les voies respiratoires, les os, le système nerveux et cardio-vasculaire. Enfin, il soulage l’arthrose, l’arthrite et les rhumatismes.

Bref, le piment c’est important mais attention car consommé à trop fortes doses, il peut donner l’effet inverse et augmenter le risque de cancer de l’estomac. Ne l’appliquez pas non plus directement sur la peau, sur une plaie ou une inflammation.

Autre conseil, si vous avez la bouche en feu, pas d’eau (la capsaïne n’est pas soluble dans l’eau) mais avalez plutôt des matières grasses telles que le fromage ou l’huile d’olive.

Quatre formes de pénis et à chacun son petit plus…

Dans la rubrique SEXÔ

Souvenez-vous de Pierre Perret et de sa célèbre chanson sur le zizi. Et oui, il y en a des durs, des mous, des touffus, des joufflus, des grands ridés, des Mont Pelé…

Si on imagine bien que les pénis sont tous différents, un gynécologue américain a tout de même entrepris une classification en déterminant le type de chacun et leurs atouts. On ne parle nullement ici de leur taille, mais de leur forme…

– Le crayon : le plus courant : uniforme dans sa longueur, il se distingue par un gland étroit et pointu. Il s’adapte globalement à toutes les positions et permet une pénétration douce et sans douleur.

– Le champignon : couronné d’un gland beaucoup plus gros que le reste de son corps, la pénétration serait plus délicate. 20% des hommes en serait pourvus.

– La banane : épais sur la longueur, il possède un gland et une base plus fin. C’est le type de sexe masculin le plus répandu, après le pénis en forme de crayon.

– La courbée : environ 10 à 20% des hommes ont un pénis qui se courbe légèrement, « d’environ cinq à dix degrés », ce qui facilite l’accès au point G. Mais attention, l’inclinaison peut parfois constituer une gêne pour les deux partenaires.

Le gynécologue rappelle qu’il existe une infinie variation de pénis. “Il y a ceux qui sont aussi flasques longs que tendus ou qui manifestent une vraie différence de tailles, circoncis ou non, qui fonctionnent bien ou pas.” Quoiqu’il en soit, pas de forme idéale pour les partenaires qui ne regarde ni la forme, ni la taille mais plutôt “l’aspect général”. De quoi en décomplexer plus d’un lorsqu’ils regardent un film pornographique…

Addiction aux jeux, la solution passe par le nez !

Dans la rubrique Santé

Un spray nasal pour faire passer l’envie de jouer. Voici l’idée farfelue de chercheurs finlandais qui ont annoncé le lancement d’une étude unique en son genre pour lutter contre l’addiction aux jeux de hasard.

Le spray magique contient du naloxone, un traitement d’urgence des overdoses aux opiacés qui permet d’agir sur la production de dopanime, ce neurotransmetteur lié au plaisir et aux addictions. Et comme le jeu correspond à un comportement impulsif, le médicament est censé agir immédiatement, en quelques minutes selon le professeur de toxicologie à l’origine de l’étude. Il y a quelques années déjà, une étude portant sur des gélules à base de naloxone avait échoué justement à cause du temps écoulé entre la prise médicament et ses premiers effets.

Si pour l’heure, rien n’a été prouvé scientifiquement. Les chercheurs finlandais espèrent trouver une centaine de volontaires pour tester le fameux spray pendant trois mois. Certains d’entre eux recevront un spray placebo ce qui devrait permettre de démêler le vrai du faux…Les résultats de cette étude devraient être connus l’an prochain.

L’addiction aux jeux vidéos bientôt reconnue comme maladie ?
Si l’idée vous fait sourire, sachez que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) envisage de classer d’ici peu l’addiction aux jeux vidéo au rang des maladies mondialement reconnues. Le texte sera soumis à l’assemblée mondiale de la santé en mai prochain mais reçoit déjà de nombreuses critiques de la part des syndicats du jeu vidéo. Affaire à suivre…

La tendance du spray
Nicorette vient de sortir en France son « spray bucal » qui « combat rapidement vos envies irrésistibles de fumer ». « Révolution dans l’arrêt du tabac, le geste qui change tout », dit le slogan. Il combat l’envie de fumer dès 60 secondes et stoppe la pulsion. En effet, il délivre la même dose de nicotine qu’un comprimé, mais elle arrive beaucoup plus vite dans le sang, car elle passe à travers la muqueuse buccale rapidement. Bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché, contrairement à la cigarette électronique, il rentre dans le forfait de 50 euros remboursés par la Sécurité sociale dans le cadre de l’aide à l’arrêt du tabac. Compter 20 euros les 150 pulvérisations, le spray coûte moins cher que de fumer, mais est-ce suffisant pour arrêter ?

Manger cru, quels bienfaits, quels dangers ?

Dans la rubrique Astuces

Mini concombre, sushi, tartare et autres carpaccios, le cru est devenu un grand…cru, ces derniers temps. Mais cette mode est-elle forcément meilleure pour notre santé ?

– Vitamines conservées et efforts de digestion
Les vitamines et les sels minéraux détruits par la cuisson sont préservés dès lors que vous mangez un aliment cru comme un poisson. Il en est de même pour la qualité des graisses, puisqu’il n’y a pas de dégradation liée à la cuisson. Autre avantage : les aliments crus demandent plus d’effort à l’estomac pour la digestion. La sensation de satiété arrive donc plus rapidement. Attention toutefois si vous avez les intestins fragiles, certains nutriments irritants n’étant pas détruits par la cuisson, la digestion risque d’être plus difficile.

– Préserver sa ligne
Les sushis par exemple, se préparent sans adjonction de matières grasses : ni huile, ni beurre. Pour les crudités, évitez de les noyer dans la vinaigrette. Tout comme vous prendrez soin de bien égoutter votre carpaccio — qui baigne dans l’huile d’olive — avant de le manger…

– Attention aux salmonelles
Redoublez de prudence. Les aliments crus exigent de votre part une hygiène irréprochable, que ce soit pour les mains bien sûr, mais aussi pour les planches à découper, le réfrigérateur… Assurez-vous également de la fraîcheur des poissons et des viandes. Car la cuisson permet de détruire les germes pathogènes et limite ainsi les risques d’intoxication. Le consommateur ne doit pas garder plus de deux jours un poisson cru dans son réfrigérateur.  Le risque principal est en effet de voir se développer des salmonelles.

– Attention à l’anisakis
Les amateurs de poisson cru se méfieront du redoutable anisakis. Ce parasite, qui infeste beaucoup de poissons pélagiques, est à l’origine de violentes douleurs gastriques et de manifestations allergiques. Le meilleur moyen de l’éliminer est de congeler le poisson destiné à être mangé cru. Rassurez-vous de nombreux professionnels de la restauration connaissent cette technique et la mettent en œuvre.

En 2018, réalisez vos fantasmes !

Dans la rubrique SEXÔ

Mmmmmm.fr, un site internet dédiée aux fantasmes féminins révèle que 94% des femmes interrogées voudraient accomplir leur fantasme au moins une fois dans leur vie. La nouvelle année qui commence est peut-être l’occasion…. Alors découvrez le top 10 !

Avec au moins deux partenaires
C’est le fantasme numéro 1 des femmes. 42% de celles interrogées seraient prêtes à faire l’amour avec deux hommes ou plus. 40% d’entre elles fantasment sur des plans à plusieurs.

Dans un lieu public
18% des femmes sondées admettent préférer faire l’amour dans un lieu public. La peur de se faire surprendre augmente l’adrénaline, ce qui facilite l’excitation. Que ce soit au ciné, dans un parc ou même dans des toilettes publiques…

Dans les transports
Elles sont 17% à admettre préférer faire l’amour dans les moyens de transports. Montez au septième ciel dans un avion, c’est cliché mais très demandé… !

Sous la pluie
27% des femmes sont stimulées par le mauvais temps. Le baiser sous la pluie au cinéma en a donc titillé plus d’une.

Avec une femme
Selon l’étude, 4 femmes sur 10 veulent essayer avec une femme.

Les hommes en uniforme
14% des femmes interrogées fantasment sur les hommes en uniforme. Les policiers et les pompiers ont la cote. Alors messieurs, endossez le costume pendant vos ébats amoureux.

Sur la plage
10% des femmes interrogées aimeraient faire l’amour à la plage. Et les plages ici, ce n’est pas ce qui manque.

Etre dominée
67% des femmes préfèrent être soumises contre 33% qui veulent être dominées. Prendre le contrôle ou être dominée ? A vous de choisir !

Avec un inconnu
1 femme sur 4 souhaiterait faire l’amour avec un inconnu. Un amour de vacances, un homme séduisant rencontré lors d’une soirée ou dans un café? Peu importe du moment qu’il soit mystérieux…

Faire l’amour la nuit
Du classique. L’enquête révèle que les femmes préfèrent faire l’amour de manière traditionnelle (39%) avec leur chéri (15%).  Ceci prouve que les femmes restent d’éternelles romantiques.

Ce qui va changer en 2018

Dans la rubrique Santé

Chaque année, le gouvernement apporte de nombreux changements législatifs à en matière de santé publique. Tour d’horizon des décisions prises depuis le 1er janvier 2018…

Les vaccins obligatoires passent de 3 à 11 : A la diphtérie, la polio et le tétanos s’ajoutent l’haemophilius influenzae B, la coqueluche, l’hépatite B, le ROR (rougeole, oreillons, rubéole), le méningocoque C et le pneumocoque. Si cette décision a beaucoup fait jaser, l’objectif du gouvernement est de “combattre les épidémies encore actives et réduire le nombre de décès chez les enfants en bas âge”.

La lutte contre le tabagisme : désolé pour les fumeurs mais le prix du paquet de cigarettes continuera d’augmenter progressivement pour atteindre 10 euros en 2020. La hausse de 1 euro sera appliquée dès le 1er mars.

Prévenir l’obésité : la taxe soda de 2013 sera désormais adaptée en fonction du taux de sucre contenu dans chaque boisson. Plus il en contient, plus le surcoût sera élevé.

Une bonne nouvelle pour la santé des enfants, la publicité sera interdite dans les programmes télévisés destinés à la jeunesse, pour les enfants de moins de 12 ans, sur les chaînes du service public. Ces émissions ne pourront plus être précédées ni suivies d’annonces commerciales, un quart d’heure avant et un quart d’heure après. Elles ne seront, évidemment pas, non plus, entrecoupées de « réclames » proposant sodas, bonbons ou même jouets.

Coltramyl, Miorel, Myoplege… Si vous souffrez de maux de dos, ces molécules ne vous sont sans doute pas inconnues. À partir du 2 janvier 2018, ces médicaments à base de thiocolchicoside sous forme de comprimés ou de gélules ne seront plus remboursés. Pour la Commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS), ces médicaments présentent un « service médical rendu » insuffisant qui ne justifie plus leur remboursement.

Côté dispositifs optiques et auditifs, l’information à destination du public devra être renforcée cette année. Ainsi, à partir du 1er janvier 2018, les professionnels ont l’obligation de remettre un devis avant tout achat et de le signaler en amont, de manière visible, en vitrine et dans le local commercial. Cela devrait permettre aux acheteurs d’être plus aguerris sur les coûts et la prise en charge par les complémentaires de santé.

A partir du 1er janvier également, le forfait hospitalier augmentera de 2 euros par jour, passant de 18 à 20 euros.

Après les fêtes, on se détox

Dans la rubrique Astuces

Si les repas de fête font plaisir, ils ne sont pas toujours une sinécure pour l’organisme. Notre système digestif en prend un sacré coup. Alors passées les fêtes, on se détox avec ces cinq aliments…

– Les légumes verts : ils permettent de traiter l’acidité dans l’alimentation et sont riches en fibres. Les légumes verts agissent comme des véritables aides à la digestion et faciliteront votre transit.

– Le citron : grand classique de la détox, le citron va vous permettre de faire le ménage dans votre corps, notamment au niveau hépatique. Il favorise le transit, élimine les toxines et renforce le système immunitaire.

– Le radis noir : pas toujours facile à trouver, le radis a de nombreux bienfaits. Ce légume noir comme le charbon à la char blanche contient des molécules antiseptiques et antibactériennes très intéressantes. Il est également source de vitamine C.

Le kiwi : véritable source de vitamine C, le kiwi possède aussi une bonne dose de cuivre, de magnésium, de potassium, de vitamine B9 et K. Grâce à ses antioxydants et sa teneur en fibres solubles, c’est un fruit efficace pour faciliter la digestion et lutter contre la constipation.

– L’ail : c’est un anti-inflammatoire et un antioxydant génial et l’ail contient également beaucoup de vitamines !

Aller en Haut