Category archive

Parole de Geek

Le Galaxy S9, tant attendu

Dans la rubrique Hi-Tech

Après l’IPhone X, les fans de Smartphones dernier cri trépignent. Et c’est chez Samsung que tous les yeux seront tournés, après l’échec du Galaxy Note7. Le S9 doit être présenté le 25 février prochain au Mobile World Congress de Barcelone.

A quoi peut-on s’attendre ?
La marque coréenne assure vouloir « réinventer l’appareil photo ». On sait déjà que de ce côté là, le nouvel appareil sera doté d’un double capteur photo (à ouverture variable pour shooter même avec une lumière faible) avec zoom, mode portrait et vidéo au ralenti en Full HD.

Selon certains spécialistes, une fonction ludique d’avatars en mode selfie pourrait aussi être ajoutée. Elle rappelle étrangement les Animojis de l’IPhone X.

Pour le design, les spécialistes parlent d’une forte ressemblance avec l’ancien modèle, le Galaxy S8 et d’un écran sans bord légèrement incurvé. 64 Go de stockage, assistant virtuel, processeur 4 ou 6 Go et bien évidemment le fameux système de reconnaissance faciale devraient compléter ce nouveau Smartphone.

Et pour le coût, accrochez-vous, ce nouveau joujou devrait facilement atteindre les 1000 euros…

Une étoile publicitaire dans le ciel

Dans la rubrique Sciences

Vous avez certainement entendu parler d’ Electron, le lanceur mis en orbite au bout du deuxième essai en janvier dernier par les Néo-Zélandais. Et bien l’entreprise aérospatiale Rocket Lab, à l’initiative du projet, en a profité pour expédier au même moment une boule à facette, baptisé « Humanity Star », dans la galaxie. L’objectif ? Aucun. Juste une étoile publicitaire en somme…

Neuf mois d’orbite
Humanity Star sera bientôt visible à l’oeil nu depuis le sol. Cette boule munie de 65 facettes et revêtue d’un matériau réfléchissant, tournera au dessus de nos têtes pendant neuf mois et pourra être vue par tous, quelque soit sa position géographique. Un site dédié permet même de connaître la date d’observation au dessus de sa maison…

D’un mètre de diamètre, « l’étoile pub » se servira de la lumière du soleil pour briller dans le ciel, comme le fait la station spatiale ISS – qui avouons-le – a beaucoup plus d’utilité.

Un graffiti spatial
Cette nouvelle agace de nombreux astronomes qui parlent de « pollution lumineuse», « d’acte de vandalisme », de « graffiti spatial » et qui craignent que la voûte céleste ne devienne un triste support publicitaire. C’est le cas également du journal anglais « The Guardian » qui critique amèrement l’entreprise dans ses pages et qui rappelle le problème des débris en orbite. En effet, cette boule est censée s’autodétruire dans l’atmosphère. Bref, une mauvaise publicité pour celui qui voulait en jouer.

Youmiam, l’appli gourmande

Dans la rubrique Appli

Un partage de recettes, voilà globalement ce que propose l’application française Youmiam. Mais pas uniquement. Sinon elle serait noyée dans le flot d’applications culinaires que nous propose notre Store. Youmiam va plus loin. Une petite faim mais pas d’idée ? Youmiam vous guide vers vos envies de salés ou sucrés. Coincé avec les restes du frigo ? Pas de panique, Youmiam vous créé une recette en moins de deux.

Après une inscription gratuite et la création d’un profil (combien de personnes sont au foyer, quelle tranche d’âge… ce qui permet de cibler les recettes qui pourraient vous intéresser), on arrive sur l’interface ludique et colorée.

A travers l’application, on trouve les onglets traditionnels d’échanges de recettes qu’on peut commenter, sauvegarder voir améliorer. Les recettes – souvent originales – sont listées par « tendances», utilisateurs « en vogue » ou simplement par catégories. Une vraie communauté de cordons bleus, et pour tous les niveaux. Facile et rapide, l’application propose également un onglet « liste de courses », bien pratique pour ne rien oublier dans le caddy, accessible hors connexion. Et si une recette nous plaît, hop les ingrédients s’ajoutent à la liste ! Bref une appli qui nous met l’eau à la bouche, qu’on soit cuisinier expert ou débutant. Désormais, on pourra difficilement s’en passer !

Disponible sur Apple Store ou Android. Gratuit.

Les + : le design, l’intuitif, l’absence de publicité et la fonction « restes du frigo » qui évite le gaspillage alimentaire !

Les – : l’inscription et la création du profil obligatoire pour accéder à l’application.

Copilot, le premier disque dur autonome

Dans la rubrique Hi-Tech

Voilà une nouveauté qui devrait ravir les photographes baroudeurs. Copilot, le nouveau disque dur de Lacie et DJI (fabricant de drones), a été présenté au CES de Las Vegas en janvier. Et c’est une vraie pépite puisque contrairement aux disques durs classiques, il permet de sauvegarder 2 To de fichiers en totale autonomie. Il sauvegarde, trie et consulte les données sans avoir recours à un ordinateur.

Résistant à tout, design tout terrain
Pour cela, il est doté d’un lecteur de carte SD et d’un écran monochrome ce qui permet de visualiser l’avancée des transferts. Une application supplémentaire permet également de visualiser les photos et vidéos sur un smartphone ou une tablette.

Le Copilot est doté de deux ports USB pour à la fois décharger une clé et recharger un appareil photo. Le kit complet pour le photographe en plein trek !

Quant à son design, il est tout-terrain : résistant aux chutes, à l’eau et à la poussière.

Autre fonction bien pratique : il permet de recharger votre téléphone en déplacement.

Pour l’heure, aucune date de disponibilité n’a été dévoilée en France mais le Copilot Lacie DJI sera vendu aux Etats-Unis au printemps prochain pour la modique somme de 349$ tout de même… Garanti trois ans.

Deux singes clonés en Chine

Dans la rubrique Parole de Geek

Pour la première fois, des chercheurs chinois sont parvenus à cloner un singe, vingt ans après la brebis Dolly, le premier mammifère cloné grâce à la technique dite “somatique” (par des cellules non reproductrices). Si la science utilisait cette technique depuis 1996 sur des animaux tels que les vaches, les chiens, les porcs ou les chats, elle n’avait pour l’heure jamais été utilisée chez des primates. C’est désormais chose faite.

Les deux singes “crabiers” génétiquement identiques ont été baptisés Zhong Zhong et Hua Hua. Ils sont aujourd’hui âgés d’un mois et demi et sont en bonne santé d’après les chercheurs.

Une avancée dans la recherche médicale
Pour certains, cette nouvelle est une réussite et permettra une avancée dans la recherche médicale. La technique de clonage pourrait en effet permettre aux scientifiques de travailler avec des populations de primates génétiquement uniformes dans leur laboratoire et avoir des modèles semblables pour étudier les maladies humaines provoquées par des mutations génétiques telles que les cancers, les troubles du métabolisme, les dysfonctionnements immunitaires… Selon les scientifiques chinois, cloner des primates permettrait également d’utiliser beaucoup moins d’animaux pour des expérimentations.

 La crainte du clonage humain
Pour d’autres en revanche, cette nouvelle inquiète et la crainte du clonage humain, déjà soulevée il y a vingt ans, refait surface. Une mauvaise utilisation de cette technique aurait effectivement des conséquences dramatiques mais les chercheurs assurent que les travaux portent uniquement sur le clonage à des fins médicales et que jamais la technique ne sera étendue aux humains. Ouf, on est rassuré…Non ?

iicontact, l’appli au premier regard

Dans la rubrique Appli

Ça vous est déjà forcement arrivé. Vous croisez quelqu’un dans un concert, à une terrasse de café, dans la rue. Vos regards se croisent, vous échangez (ou pas) quelques mots et vous y repensez souvent. Difficile alors de retrouver cette personne sans avoir eu le moindre nom ou numéro de téléphone.

Avec iicontact, vos chances vont se multiplier. L’application de rencontre a été pensée pour renouer (ou plutôt nouer) le contact entre inconnus. La star-up parisienne s’est inspirée des petites annonces intitulées “croisés dans le métro” et a décidé d’élargir les possibilités via son application.

L’avantage d’iicontact est de pouvoir se connecter, entrer une demande tout en gardant l’anonymat. Pas de photo, d’informations personnelles de compte à créer si ce n’est quelques détails de description physique (ben oui sinon la personne que vous recherchez ne pourra pas vous reconnaître…)

Pour activer une recherche, il faut renseigner le lieu de la rencontre, la date et faire une description sommaire de la personne recherchée (couleur des cheveux, des yeux, tranche d’âge et estimation de la taille). Si la personne recherchée effectue la même démarche, un algorithme se met en place. Les deux personnes reçoivent une notification et peuvent – uniquement si les deux le souhaitent – entrer en contact via une messagerie.

iicontact a été développée en onze langues et compterait déjà des milliers d’utilisateurs dans le monde.

Disponible sur l’Apple Store et Google Play. Application gratuite.

Un gant de motard connecté

Dans la rubrique Hi-Tech

Au salon CES de Las Vegas (Le Consumer Electronics Show) toutes sortes d’inventions futuristes plus ou moins farfelues ont été présentées en janvier dernier. Certaines revêtent un aspect intelligent. C’est le cas du Liberty Racer, premier gant de moto connecté du gantier français Racer, basé à Salon de Provence.

Après le gant chauffant, l’équipe a mis au point un gant qui permet d’augmenter la sécurité des motards sur les routes. Des innovations qui étaient jusque-là réservées aux seuls automobilistes.

Ainsi grâce à cet outil, vous pouvez communiquer – par une simple pression du doigt – avec une application Smartphone qui propose des fonctionnalités telles que prévenir le motard en cas de vitesse excessive, avertir d’un danger sur le trajet (courbe dangereuse, bitume abîmé, verglas ou autre) ou encore alerter les secours en cas d’accident ou de chute.

Le gant fonctionne par vibrations ou ampoules Led intégrées et devrait être testé par plusieurs centaines de motards avant d’être commercialisé fin 2018 au prix de 90 euros. L’application a quant à elle déjà été téléchargée plus de 160 000 fois.

Un plus pour le confort et la sécurité des conducteurs de deux-roues qu’on ne peut qu’applaudir.

Un dinosaure mi-cygne mi-croco

Dans la rubrique Sciences

Quelle est encore cette drôle bête ? Des chercheurs ont découvert un fossile de dinosaure à plumes en Mongolie. Il a été baptisé Halszkaraptor.

Les chercheurs pensent d’abord à un canular

Canard à trois pattes ? Pingouin à cou de de cygne ? Oiseau au museau de croco ? Les vérifications de ce fossile découvert par des braconniers puis récupéré par divers collectionneurs et paléontologues ont été longues et fastidieuses. Il a d’abord fallu juger de son authenticité avant d’approfondir les recherches. C’est désormais chose faite grâce à la technologie 3D. Des scientifiques de Bruxelles et Bologne, ont réussi à dater l’ancienneté de ce dinosaure à 75 millions d’années, malgré quelques éléments faussement restaurés par les marchands de fossile qui l’ont eu entre les mains.

D’après les paléontologues donc, Halszkaraptor appartient à une famille de dinos apparentée aux oiseaux : les droméosauridés. Le fossile est celui d’un adulte d’environ un an et à la taille d’un canard. Ses caractéristiques physiques sont loufoques et ne ressemblent à aucune autre : un long museau, un long cou, une dizaine de dents, une queue plate et souple, des nageoires et…des plumes. Quel drôle d’oiseau !

Un véritable prédateur

Toutes ces caractéristiques ont permis aux chercheurs de retracer l’environnement d’Halszkaraptor. Ainsi, ils en ont déduit qu’il pouvait passer du temps dans l’eau pour attraper ses proies et sur la terre ferme pour pondre ses œufs, qu’il se déplaçait vers l’avant, qu’il était capable à la fois de plonger, de pédaler tel un canard et de courir. Ainsi sous ses airs d’adorable cygne blanc, se cachait un véritable prédateur. Un mode de vie semi-aquatique comme l’avait les spinosaures.

Et l’histoire de ce dino-croco-canard se termine plutôt bien car François Escuillié, l’acquéreur Français à l’origine de la demande d’étude, a fait savoir récemment que le fossile d’Halszkaraptor retournera en Mongolie, au nom du patrimoine national. Une découverte scientifique sans fausse note, ou presque.

Asthm’Activ, l’appli indispensable pour les asthmatiques

Dans la rubrique Appli

Vous êtes asthmatique et devait prendre régulièrement un traitement ? Cette application est faite pour vous. Lancée l’année dernière par l’assurance maladie, Asthm’Activ vous aide à contrôler votre asthme jour après jour. Voilà de quoi en sauver plus d’un…

Car cette maladie chronique, qui touche près de quatre millions de Français et plus de 235 millions de personnes dans le monde, doit être prise très au sérieux et demande une attention particulière, l’assurance maladie, en partenariat avec l’association “Asthme et Allergies” a créé Asthm’Activ. Simple et facile d’utilisation, l’application gratuite (disponible aussi bien sur Google Play que sur l’Apple Store) vous permet d’avoir un carnet de bord mobile et de contrôler votre maladie. Ainsi, vous pouvez avoir une estimation de votre contrôle, avoir votre agenda concernant votre traitement et avoir les clés pour mieux comprendre votre maladie.

Quatre onglets sont disponibles : le suivi, les traitements, les rendez-vous, et l’onglet “connaître l’asthme”. Ainsi au bout d’un mois, il est facile de mieux appréhender et gérer vos symptômes. Une application indispensable pour ceux qui sont concernés !

Les + : le design, l’intuitif, la rétroactivité, l’enregistrement des professionnels de santé, l’appel d’urgence en cas de crise

Les – : étant donné qu’elle facilite la vie des malades, on n’a pas vraiment à redire…

LG dévoile un téléviseur enroulable

Dans la rubrique Hi-Tech

Le fabricant LG Display est venu au Consumer Electronics Show (CES) 2018 avec un téléviseur Oled de 1,6 mètre de diagonale pouvant s’enrouler dans sa base pour disparaître totalement. Il s’agit d’une première pour une taille d’écran aussi grande.

Après avoir impressionné récemment avec son écran Oled 88 pouces (2,20 mètres) offrant une résolution incroyable, LG marque à nouveau les esprits à l’occasion du Consumer Electronics Show (CES), qui vient de débuter à Las Vegas aux États-Unis. Le constructeur coréen a présenté le tout premier téléviseur Oled de grande dimension totalement enroulable. À la manière des écrans pour les vidéoprojecteurs, ce téléviseur s’enroule dans une base et devient totalement invisible lorsque l’on ne s’en sert pas.

LG travaille depuis plusieurs années déjà sur les flexibles. En 2014, l’entreprise avait dévoilé un écran flexible de 18 pouces qui pouvait être enroulé en un cylindre d’un rayon de trois centimètres sans affecter son fonctionnement. Cette fois, le fabricant a battu un record de taille puisque son écran Oled enroulable de 65 pouces (1,6 mètre de diagonale) est tout simplement le plus grand jamais conçu à ce jour.

Pas encore de date de commercialisation
Qui plus est, l’affichage offre une résolution Ultra HD qui, combinée à la technologie Oled, offre la meilleure qualité d’affichage du moment. La base dans laquelle l’écran vient s’enrouler est un peu plus haute qu’une barre de son, ce qui promet une discrétion inédite pour un téléviseur aussi grand.

Pour autant, comme il est de coutume avec ce genre de prototype, LG n’a communiqué aucune information quant à une éventuelle commercialisation. Le prochain gros défi sera sans doute de pouvoir passer à la production industrielle de ces écrans flexibles. Toutefois, le fait que LG soit parvenu à maîtriser la technologie sur une telle dimension permet d’envisager l’arrivée de ce type de téléviseur dans un avenir relativement proche. La télé n’est définitivement plus un objet déco dans notre salon…

L’ADN d’un nourrisson préhistorique vient de parler

Dans la rubrique Sciences

L’ADN d’une petite-fille de 11 500 ans vient de révéler l’existence d’une population ancienne, auparavant inconnue en Amérique. Elle confirme l’hypothèse que le continent a été peuplé d’abord entre la Sibérie et l’Alaska, via le détroit de Bering.

Les Anciens Béringiens, une nouvelle population
Ce sont des chercheurs de l’université de Fairbanks qui ont fait cette découverte. Leur étude, publiée la semaine dernière dans la revue “Natura” révèle l’existence d’une population amérindienne qu’ils ont appelée les Anciens Beringiens. Ces chercheurs américains se sont basés sur l’ADN d’un nourrisson préhistorique découvert en 2013 en Alaska, aux côtés d’un foetus et de plusieurs armes de chasse primitives. Au grand bonheur des chercheurs, l’ADN du nourrisson de six semaines a perduré dans le temps et reste donc exploitable.

Et à la surprise de tous, le bébé étudié n’appartient pas aux groupes des Américains natifs, dits du « Sud » et du « Nord », jusque-là considérés comme les seules branches d’Homo sapiens présentes sur le continent. USR1, l’autre nom du nourrisson utilisé par les scientifiques, représente une nouvelle population distincte baptisée « Anciens Béringiens « . En utilisant la modélisation démographique, les chercheurs ont déduit que les Anciens Béringiens et les ancêtres des autres Américains natifs descendent d’une seule et même population, qui s’est détachée de l’Asie de l’Est il y a 36.000 ans avant de se séparer.

Mystère autour de leur disparition
Avec cette étude, les scientifiques estiment tenir la preuve que les Homo Sapiens ont emprunté le couloir de terre qu’offrait la « Béringie » pour atteindre le sol américain. La Béringie était, des dizaines de milliers d’années avant notre ère, une zone située entre la Sibérie et l’Alaska. Depuis, le niveau de l’eau a monté et recouvre ce que l’on appelle aujourd’hui le détroit de Béring.

Même si l’étude de la fillette a apporté des informations cruciales, le mystère autour de la disparition des Anciens Béringiens reste irrésolu. La population n’a aucun descendant direct. Les Athabascans, qui vivent actuellement à l’Upward Sun River, sont plutôt des descendants d’Américains natifs du Nord. Les deux enfants sont morts en été, la saison où les ressources sont supposées être abondantes, ce qui suggère un mode de vie risqué et délicat. La lignée des Béringiens s’est donc probablement éteinte et ce n’est que plus tard que les Américains natifs sont remontés vers le Nord pour y faire souche.

McDonald’s cible les Antilles

Dans la rubrique Appli

Depuis peu, une nouvelle application McDonald’s a vu le jour sur Goople Play et l’Apple Store et concerne les Antilles et la Guyane. Ainsi, les amateurs de Big Mac peuvent désormais être informés en temps réel des offres, localiser leur restaurant le plus proche et avoir des informations nutritionnelles sur leur menu. Indispensable quand on est accroc au McDo.

Le géant du fast food avait déjà son application nationale mais cible ici des clients de manière plus proche et récompense leur fidélité grâce à des offres promotionnelles.

Pour l’heure, pas encore de commande en ligne et de paiement par QR Code comme sur l’application France mais ça ne saurait tarder…

Application gratuite.
Les + : enfin une application pour les Antilles et la Guyane, on salue forcément les coupons de réductions
Les – : pas encore la possibilité de commander en ligne et le graphisme reprend l’ancienne charte de couleurs de McDo (rouge et jaune plutôt que vert et jaune), un effet vintage que certains pourront apprécier…ou pas !

WhatsApp ne fonctionne plus sur plusieurs téléphones

Dans la rubrique Hi-Tech

La société spécialisée dans la messagerie instantanée a annoncé qu’elle ne fonctionne plus sur certains modèles de téléphones depuis le 1er janvier 2018.

L’annonce est claire : “Si vous utilisez un des appareils concernés, nous vous recommandons de passer à un nouvel Android, iPhone ou Windows Phone », indique WhatsApp sur son site Internet. La société a donc listé les modèles de téléphones qui ne fonctionnent plus depuis le 1er janvier dernier avec le célèbre service de messagerie. La raison : se concentrer sur les plate-formes mobiles « les plus utilisées » : « Lorsque nous avons lancé WhatsApp en 2009, les gens utilisaient leurs appareils mobiles d’une façon bien différente d’aujourd’hui”, ajoutent-ils.

Les modèles de téléphone concernés sont : le BlackBerry OS, le BlackBerry 10, le Windows Phone 8.0 et les modèles antérieurs. Déjà en juin dernier, le Nokia Symbian S60 avait subi le même sort. Fin 2018, ce sera au tour du Nokia S40. De même que les personnes possédant un téléphone équipé des versions Android 2.3.7 et antérieures n’auront pour leur part plus WhatsApp à partir du 1er février 2020.

Pour WhatsApp, ces modèles « n’offrent plus le type de capacités dont nous avons besoin » afin de développer d’autres fonctionnalités. Cette annonce rappelle étrangement l’obsolescence programmée des Iphone d’Apple et le fait de devoir constamment s’équiper d’un modèle dernier cri…

Ils ont transformé l’eau en vin

Dans la rubrique Sciences

Accomplir le miracle biblique. Les Américains l’ont fait, mais sans raisin. Une start-up californienne, Ava Winery, vient d’affirmer pouvoir transformer de l’eau en vin en seulement 15 minutes grâce à des composés aromatiques et de l’éthanol. Ce vin synthétique réalisé sans raisin a pour ambition de rivaliser avec des grands crus. Beaucoup sont sceptiques et on les comprend…

Mardonn Chua et Alec Lee, les nouveaux messies californiens se sont interessés au sujet en 2015 alors qu’ils visitaient une cave et qu’ils ont découvert une bouteille de Château Montelana, un vin Chardonnay californien à 10 000 euros la bouteille. Voyant qu’elle leur était inaccessible, ils ont donc décidé de créer des copies synthétiques de grands crus.

Un premier échec cuisant
Le vin est normalement issu de la fermentation du jus de raisin réalisée par des levures qui produisent de l’éthanol à partir du sucre. Il libère des centaines de composés aromatiques mais le procédé semblait bien trop long pour Mardonn Chua. Grâce à la spectrométrie de masse et d’autres outils sophistiqués, l’équipe a analysé la composition de différents vins français avant de mélanger les molécules. Ils ont d’abord essuyé un échec cuisant…

Six mois plus tard, ils ont tenté de produire une copie d’un vin blanc pétillant italien à base d’eau, d’éthanol et de composés aromatiques (dont du sucre) beaucoup moins cher que l’original.

Les critiques sont sévères. Une journaliste de New Scientist a notamment trouvé que le produit avait une odeur d’alcool de nettoyage et de plastique. Le faux vin était également plus clair, dégageait moins de bulles et manquait de « cuisse ». Seul le goût semblait satisfaisant.

Mais cela ne semble guère décourager l’équipe californienne qui prévoit déjà de commercialiser une réplique synthétique du Dom Perignon 1992.

Si l’Europe n’applique le terme de vin qu’à des boissons qui sont issues du jus de raisin fermenté, les Américains eux, ne s’embarrassent pas de ses réglementations. Alors amateurs de vins, fuyez…

Selfissimo! non le selfie n’est pas fini !

Dans la rubrique Appli

Non vous n’échapperez pas à la folie du selfie qui perdure et qui perdure. De nouvelles applications sont encore créées pour satisfaire les narcissiques en tout genre et mitrailler dans tous les sens leurs portraits sur Instagram ou Facebook. Selfissimo! est la nouvelle application de Google uniquement dédiée aux selfies — comme son nom l’indique.

Une fois lancée, l’application prend automatiquement des photos de vous en noir et blanc à chaque fois que vous changez de pose. Il suffit d’appuyer sur le bouton pour lancer une séance photo, l’appareil se déclenche à chaque fois que vous arrêtez de bouger. Vous pourrez ensuite admirer le résultat sur une planche-contact ou regarder les photos une par une. Magnifaïque.

Notez tout de même que durant la seule année 2015, il y a eu plus de morts dues aux selfies qu’aux attaques de requins à travers le monde.

Application gratuite sur Android et IOS.

Les + : d’une facilité déconcertante, parfait pour les adeptes du selfie.

Les – : uniquement en noir et blanc, pas de logiciel de retouche et….pas vraiment d’utilité

Aller en Haut