Category archive

Souvenez-vous

La Lamborghini Islero

Dans la rubrique Souvenez-vous

Produite à (seulement) 225 exemplaires entre 1968 et 1970, l’Islero est un véritable échec commercial pour la marque italienne.

Parmi les raisons : un style jugé trop classique ou encore des finitions qui ne correspondent pas à la « qualité lamborghini ». Totalement en-dessous des standards de ce segment des GT, elle va rebuter ses premiers clients au point de faire fuire les éventuels acquéreurs dès la fin de la première année. Pesant 1 315 kg, la Lamborghini Islero est relativement lourde pour l’époque.

A l’été 1969, 125 exemplaires seulement ont été commandés et livrés. Lamborghini tente de redresser la barre en lançant l’Islero S, revue en de nombreux points et avec une évolution du V12 à 350 ch comme sur l’Espada qui relève encore son niveau de performances remarquable. Mais rien n’y fait…

En 1970, après avoir vendu 100 modèles de son Islero S, Lamborghini la retire du catalogue et doit assumer de lourdes pertes financières.

Le premier Kia Sportage

Dans la rubrique Souvenez-vous

Le Kia sportage est l’un des premiers SUV à être commercialisé en 1993 dans le monde.

Ce segment était jusqu’ici inconnu par de nombreux constructeurs automobiles. Il fut un des piliers de la marque dès son arrivée en Europe. Il est d’ailleurs le seul modèle du constructeur à avoir survécu, les fades berlines des débuts ayant changé de nom aussi vite que leur allure a été oubliée

Un physique avantageux
Un style affirmé, une motorisation vigoureuse et une habitabilité généreuse, ce tout-terrain compact affiche un très bon rapport qualité-prix. Il se décline en 2 portes, 4 portes et Coupe Cabriolet, 4×4 et 4×2. La version pick-up, en Corée du Sud, est vendue sous le nom FRONTIER. Le modèle est plébiscité par la presse américaine qui conforte la marque dans sa politique de mondialisation. Kia continue d’ailleurs son déploiement avec l’installation d’un siège régional en Europe, à Francfort.

Le kia sportage, première génération, a réalisé des ventes phénoménales de 554 000 unités au niveau mondial.

Citroën CX

Dans la rubrique Souvenez-vous

Produite à 1,2 millions d’exemplaires entre 1974 et 1991, la CX la dernière voiture conçue entièrement par Citroën avant son rachat par Peugeot en décembre 1974.

Esthétique moderne, excellente visibilité, espace intérieur satisfaisant, les consommations en baisse de deux à trois litres par rapport à la DS, cette grande routière a remporté le trophée européen de la voiture de l’année en 1975. Chargée de reprendre le flambeau de la légendaire DS, elle lui emprunte sa suspension hydropneumatique.

Des CX à 6 roues
Des versions rallongées et spécialisées de la CX ont été conçues pour divers usages. Certaines ont compté six roues ou plus, comme la Loadrunner allemande. Parmi les utilisations de cette version, il y a eu des bagagères, des ambulances, des plateaux porte-voitures, des camping-cars, des minibus, des limousines, des porte-hélicoptère…

L’ancien président Jacques Chirac possédait un modèle Prestige Turbo 2 qu’il appréciait beaucoup et qu’il conserva longtemps après l’arrêt de la production. C’est avec cette voiture qu’il traversa Paris pour aller prononcer son discours de victoire le soir de son élection à la présidence de la République, en 1995.

La première Lexus LS

Dans la rubrique Souvenez-vous

La première génération de LS sort en même temps que la marque en 1989. Dès la première année de commercialisation, plus de 63 000 exemplaires se vendent sur un marché pourtant très concurrentiel.

Le V8 4 litres de 250 ch est loué pour sa fiabilité. Elle offre également un confort, un luxe et un silence jamais atteints jusqu’à présent. Vendue à 38 000 $ aux États-Unis, elle fut jugée par le magazine américain Car and Driver meilleure que la Mercedes 420 SEL.

Outre ses qualités intrinsèques, la voiture est connue d’un tout autre public, plus jeune, apparaissant dans de nombreux jeux vidéo. Sa présence la plus remarquée, étant sans doute au sein du 2e volet de la saga Street Fighter, sorti en 1991.

Bien qu’elles aient été fabriquées au Japon depuis leur lancement en 1989, ces véhicules n’étaient pas commercialisés dans le pays qui les avait vus naître. La marque Lexus ne fut en effet introduite au pays du soleil levant qu’en 2005.

Kawazaki 500 H1

Dans la rubrique Souvenez-vous

Produite entre 1969 et 1975, la Kawazaki 500 H1 ou Kawazaki H1 Mach III a profondément marqué l’histoire de la moto.

Elégante et racée dans sa robe blanche à bandes bleues, suggestive de par son moteur explosif et ses trois silencieux chromés, la Mach III conquiert instantanément le coeur des motards du monde entier. Le moteur est un tout nouveau trois cylindres deux temps développant 60 chevaux pour une vitesse de pointe à 190 km/h.

« la faiseuse de veuve »
Revers de la médaille, la consommation de carburant est énorme, il n’est pas rare qu’elle soit supérieure à 15 litres aux 100 km dans une utilisation urbaine. De plus, outre-manche, elle est surnommée « la faiseuse de veuve » en raison de ses éléments de sécurité pas du tout en adéquation avec sa puissance : les freins et les suspensions notamment.

Au total, plus de 110 000 exemplaires des différents modèles H1 quittèrent l’usine d’Akashi à destination de tous les pays du monde.

McLaren F1

Dans la rubrique Souvenez-vous

Lorsque la McLaren F1 est présentée en 1992, elle jette un pavé dans la marre. Moteur V12 de 627 ch, plus de 380 km/h en pointe et seulement 1 140 kg, des chiffres qui donnent le tournis.

Jusqu’en 1998, le premier modèle de la marque britannique fut produit à seulement 106 exemplaires. La voiture accueille un moteur BMW d’architecture V12 à 60° de 6,1 litres de cylindrée développant une puissance de 627 ch. Particularité : il y a trois sièges. Afin de donner la meilleure place au conducteur, celui-ci est assis sur un siège situé au centre de la voiture. Les deux passagers s’installent à sa gauche et à sa droite.

Voiture la plus rapide du monde en 1998
Le 31 mars 1998, la McLaren F1 devient la voiture de série la plus rapide au monde avec une vitesse de pointe officielle de 386,7 km/h établie sur le terrain d’essais Volkswagen de Ehra-Lessien. Tout était fait pour être le plus léger possible : Le cuir des sièges, le lecteur CD ou la trousse à outils en titane. Enfin, un modem intégré à la voiture permettait de la relier au support technique de McLaren partout dans le monde.

BMW 507

Dans la rubrique Souvenez-vous

Considérée comme l’une des plus belles BMW jamais construite, la 507 fut écoulée à seulement 254 exemplaires entre 1955 et 1959. Conçue par le designer allemand Albrecht Von Goertz, ce roadster possède un moteur V8 de 150 ch pour une vitesse maximale de 217 km/h. Volonté de la marque bavaroise : conquérir le marché américain et concurrencer la Mercedes 300 SL Gullwing.

Une voiture de stars
A l’époque plusieurs célébrités en possèdent une : Alain Delon, Jean Marais mais aussi Elvis Presley. Le « king » en achète une lorsqu’il est en Allemagne pour son service militaire. Retrouvée à l’état d’épave en Californie, elle a été restaurée pendant deux ans et est exposée depuis 2016 au musée BMW de Munich.

Même si cette voiture fut un échec commercial en raison de son coût très élevé de production (coque en aluminium), sa rareté autant que sa magnifique carrosserie, en font aujourd’hui une véritable star des ventes aux enchères de voiture de collection. Sa côte peut atteindre un million d’euros.

La légendaire Porsche 550 Spyder

Dans la rubrique Souvenez-vous

Fabriquée à 90 exemplaires, la Porsche 550 est dévoilée en 1953 au salon automobile de Paris.

Elle est équipée d’une capote en toile qui peut être pliée ou complètement enlevée selon le choix du conducteur. Très légère, elle est extrêmement rapide en ligne droite avec une vitesse supérieure à 220 km/h. Le 0 à 100 km/h est atteint en moins de 10 secondes, ce qui est spectaculaire en effet avec un tel moteur de petite capacité (un 4 cylindres développant 110 ch à 7 000 tr/min) au début des années 1950.

« Little bastard »
Une voiture tristement célèbre puisque c’est dans un de ces modèles que l’acteur américain James dean, trouva la mort à l’âge de 24 ans, en 1955. Il l’avait surnommé « little bastard » (traduction : petit salaud).

Beaucoup de gens, par superstition, pensent que le véhicule de l’acteur était maudit. Georges Barris, qui avait préparé la voiture de James Dean, rachète l’épave 2500$. Il se fracture la jambe quelque temps plus tard. Peu après, Barris revend le moteur et la transmission à 2 médecins. Alors que les deux amis se font la course sur la route, c’est l’accident. L’un meurt en percutant un arbre…

La Dacia 1100

Dans la rubrique Souvenez-vous

Produite entre 1968 et 1972, la Dacia 1100 est la sœur jumelle de la Renault 8, lancée six années plus tôt en France.

En 1966, le gouvernement roumain a signé un contrat avec la Régie Renault, qui construit une usine à Pitesti.

La production de cette voiture de 1100 cm3, consiste en fait à assembler et peindre la carrosserie initialement fabriquée en France. Tous les éléments sont importés.

Un copier-coller de la R8
Comparée à la R8 française, la Dacia 1100 ne montre aucune modification, hormis une baguette en chrome sur la calandre, sur laquelle apparaissent la marque et le type du véhicule, ainsi qu’un bandeau sur le capot moteur arrière, reprenant la marque.

Le modèle roumain est baptisé Dacia 1100, en référence au nom antique de la Roumanie (la Dacie). La première Dacia de l’histoire sort des chaînes le 3 août 1968, et sera offerte au président Nicolae Ceaușescu.

Vers la même époque, Dacia construit en petite série la 1100 Sport, destinée à la police roumaine.

L’usine décide d’arrêter la carrière de la 1100 en janvier 1972, après en avoir produit 37 546 exemplaires.

L’Opel Kadett

Dans la rubrique Souvenez-vous

Ce modèle produit entre 1937 et 1993 a connu deux vies. La première génération de Kadett fut produite à un peu plus de 106 000 exemplaires mais en raison de la seconde guerre mondiale, sa production s’arrête au bout de trois ans. Ce modèle était disponible en berline ou en cabriolet, et était un exemple sur le plan technique (freins hydrauliques, indicateur de direction…), le tout, à un prix défiant toute concurrence… 2 100 Marks, soit 1 070€ !

A ,B,C,D,E

Le premier modèle d’après-guerre : la Kadett A sort des chaînes d’assemblages en octobre 1962. Quatre autres modèles suivront avec leur lit d’amélioration. La Kadett D par exemple fut la première Opel traction avant. Ce modèle signait l’ère du changement. Elle adoptait une nouvelle carrosserie : la version break. Et la puissance du moteur était revue à la baisse par rapport au modèle précédent, avec seulement 75ch.

En 1991, la Kadette E est remplacée par l’Opel Astra.

Aller en Haut